13.09.2016 à 12:48

SyrieLa guerre civile a fait plus de 300'000 morts

Un peu moins de 9000 personnes ont trouvé la mort en un mois. La guerre fait rage depuis mars 2011.

1 / 118
Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

Un accord a été conclu «sous la houlette de la Russie et de la Turquie» pour évacuer les civils et les rebelles à Alep. (13 décembre 2016)

AFP
Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

Les rebelles se sont retirés lundi de six nouveaux quartiers importants d'Alep face à l'avancée de l'armée syrienne rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Ils ne sont plus que dans une petite poche dans la deuxième ville de Syrie. La prise d'Alep n'est «plus qu'une question de temps», selon l'OSDH. (12 décembre 2016)

AFP
Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

Plus de de 10'000 civils ont fui les quartiers rebelles d'Alep depuis minuit en raison des violents bombardements. (Dimanche 11 décembre 2016)

AFP

La guerre en Syrie a fait plus de 300'000 morts depuis son déclenchement en mars 2011, a indiqué mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), en faisant état de près 9000 personnes tuées en plus d'un mois.

Un précédent bilan fourni le 8 août par l'OSDH, une organisation basée en Grande-Bretagne mais qui dispose d'un large réseau de sources militaires, civiles et médicales à travers la Syrie, faisait état de 292'817 morts dans ce conflit dévastateur.

La trêve tient

La trêve négociée à Genève par la Russie et les Etats-Unis est entrée en vigueur lundi soir en Syrie. Les habitants de plusieurs villes syriennes se sont félicités d'avoir connu leur première nuit tranquille depuis des mois. Les armes se sont tues juste après l'entrée en vigueur lundi à 19h00 locales (18h00 en Suisse) de la trêve.

C'est la brutalité de la dernière bataille d'Alep, deuxième ville de Syrie, avec ses centaines de morts, qui a poussé Washington et Moscou à chercher un accord pour mettre fin au cycle actuel de violences. L'arrêt des combats devrait permettre l'envoi d'aides humanitaires urgentes aux centaines de milliers de personnes vivant dans les zones assiégées, notamment la partie rebelle d'Alep.

Incidents signalés à Alep

Les correspondants de l'AFP situés des deux côtés (loyaliste et rebelle) d'Alep n'ont fait état d'aucun tir ou bombardement durant la nuit.

Mais selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG basée à Londres qui assure bénéficie d'un large réseau de correspondants en Syrie, des frappes aériennes et des bombardements ont cependant été signalés lundi soir dans la région rurale de Hama (nord), de la Ghouta orientale près de Damas et au nord d'Alep.

Il semble toutefois que ces violences diminuent. L'OSDH n'a enregistré aucun mort dans des combats depuis lundi soir.

Un rebelle dans le secteur d'Alep a déclaré pour sa part que des avions avaient mitraillé des cibles au nord de la ville. Une source militaire syrienne a, elle, rapporté que des groupes armés avaient ouvert le feu sur des immeubles résidentiels et tiré trois obus de mortier sur une zone tenue par les forces du régime en périphérie.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!