Suisse – La hausse redoutée des demandes d’aide sociale n’a pas eu lieu
Publié

SuisseLa hausse redoutée des demandes d’aide sociale n’a pas eu lieu

Le rapport de l’Union des villes suisses montre que les demandes d’aide sociale ont augmenté de 0,5% entre 2019 et 2020.

par
comm/aze
Lausanne fait partie des villes comparées.

Lausanne fait partie des villes comparées.

Philippe Maeder

L’Union des villes suisses (UVS) a publié mardi son rapport sur les indicateurs de l’aide sociale. Les données montrent que la nécessité de recourir à l’aide sociale a augmenté de 0,5% entre 2019 et 2020. Ces chiffres proviennent de la comparaison de 14 villes (Bâle, Berne, Bienne, Coire, Lausanne, Lucerne, Saint-Gall, Schaffhouse, Schlieren, Uster, Wädenswil, Winterthour, Zoug et Zurich) qui accueillent environ un quart des bénéficiaires de l’aide sociale enregistrés en Suisse.

Alors que la pandémie de coronavirus avait fait craindre une hausse massive des demandes d’aide sociale, ces chiffres dévoilent au contraire que celles-ci sont restées relativement stables. «La crise sanitaire aura peut-être tout au plus stoppé la tendance à la baisse du nombre de dossiers observée ces dernières années», affirme le communiqué de l’UVS.

L’UVS explique que les assurances sociales et les autres prestations de soutien de la Confédération, des cantons et des communes «ont permis d’assurer le minimum vital à une grande partie des personnes touchées par la crise». Le rapport relève toutefois que même si «le système de sécurité sociale suisse fonctionne généralement bien, la pandémie de Covid-19 a mis en évidence des lacunes inquiétantes et montré que certains groupes de la population passent à travers les mailles du filet social». En 2020, des centaines de personnes ont fait la queue chaque jour pour obtenir un repas gratuit ou des produits alimentaires de base.

Face à ce constat, le président de l’initiative des villes pour la politique sociale, Nicolas Galladé, a rappelé «la nécessité impérative d’adapter le système à cet égard. Il convient à l’avenir de garantir des solutions transitoires à toutes les personnes en situation de détresse».

Votre opinion

55 commentaires