Jura-Berne - La haute tension sera renforcée au-dessus des toits
Publié

Jura-BerneLa haute tension sera renforcée au-dessus des toits

Le Tribunal fédéral a rejeté les recours déposés contre le projet de transformation de la ligne électrique entre Bassecourt et Mühleberg, via Valbirse.

par
Vincent Donzé
La tension augmentera à Valbirse (BE).

La tension augmentera à Valbirse (BE).

Lematin.ch/Vincent Donzé

La tension montera entre Bassecourt et Mühleberg, au propre comme au figuré. Le Tribunal fédéral a rejeté les recours déposés contre le projet de transformation d’une ligne électrique qui passe par Bévilard, sur le territoire communal de Valbirse. La société Swissgrid commencera les travaux en 2022.

À Bévilard, la ligne à très haute tension surplombe des habitations et une entreprise. La tension passera de 220 à 380 kilovolts, en dépit des oppositions formulées en 2019 par la commune de Valbirse et par de plusieurs riverains.

Valeurs respectées

Dans un communiqué diffusé lundi, Swissgrid assure que les valeurs limites en termes de rayonnement non ionisant et de bruit seront respectées. Problème: les fils passent sur des villas et sur une entreprise, mais ils empêchent aussi une extension de la zone industrielle, puisqu’il est interdit de construire à moins de 120 mètres de la ligne électrique.

Sur les 142 pylônes qui composent la ligne, 54 seront modifiés de manière à augmenter la sécurité d’approvisionnement en électricité du plateau suisse. Avec l’arrêt de la centrale de Mühleberg, 5% de la production nationale manquent, soit la consommation de 700 000 foyers. Produire ou importer davantage implique de renforcer la ligne entre les sous-stations de Bassecourt (JU) et de Mühleberg (BE).

«Prépare-toi à rencontrer ton Dieu»… la fée Électricité!

«Prépare-toi à rencontrer ton Dieu»… la fée Électricité!

Lematin.ch/Vincent Donzé

À Valbirse (BE), le renforcement de la nouvelle ligne à haute tension passe mal. Quand en 1983, un couple a acheté une villa à Bévilard, il n’a pas prêté attention à la ligne bâtie en 1974, huit ans après la maison. En 2019, 36 ans plus tard, il s’interrogeait: pourquoi ont-ils perdu trois voisins fauchés par un cancer, dans les deux villas voisines situées exactement sous la ligne électrique?

La commune de Valbirse confirmait que, «dans ce quartier, trois décès par cancer sont à déplorer dans les deux maisons situées juste sous la ligne». Ce qui déplaisait au couple d’opposants, c’est qu'«on a tiré une ligne sur des bâtiments, mais on ne peut plus construire de bâtiments sous une ligne».

«Quand mon beau-frère franc-montagnard vient à la maison, il a mal à tête», disait une riveraine. «Le bien-être ne pèse rien face aux intérêts financiers», ajoutait un entrepreneur. L’entreprise fondée avec son frère a été déplacée en 2005 dans un bâtiment situé sous les fils. Ce qu’ils n’avaient pas prévu, c’est que les fils bourdonnent par grand vent. Et en hiver, ils lâchent des blocs de givre et de neige… Las! Sa proposition de déplacer deux pylônes au loin, dans les pâturages, a été jugée trop coûteuse.

À Bévilard (BE), commune de Valbirse, les riverains voient la valeur des immeubles dépréciée.

À Bévilard (BE), commune de Valbirse, les riverains voient la valeur des immeubles dépréciée.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Dans le bloc locatif construit avant la ligne électrique, ceux qui dormaient mal ont déménagé. En 2019 déjà, les autorités locales affirmaient que «des instances fédérales aux intérêts convergents se réfugient derrière des principes juridiques étroits pour ignorer toutes les améliorations qui peuvent être apportées par les populations qui devront pourtant subir les erreurs manifestes de planifications».

Votre opinion