28.11.2014 à 12:29

MobilisationLa jeunesse islamique va manifester samedi à Fribourg

La Jeunesse islamique suisse (VIJS) proteste contre l'annulation de la conférence annuelle du Conseil central islamique suisse.

Qaasim Illi, porte-parole du Conseil central islamique suisse (CCIS).

Qaasim Illi, porte-parole du Conseil central islamique suisse (CCIS).

Keystone

La manifestation de la Jeunesse islamique suisse (VIJS) prévue samedi 29 novembre à Fribourg pourra avoir lieu sous certaines conditions, fixées par la police et le préfet. Les organisateurs du défilé veulent protester contre la non-autorisation de la conférence annuelle que le Conseil central islamique suisse (CCIS) voulait organiser ce jour-là dans la cité des Zaehringen.

Des conditions touchant au comportement des manifestants, à la durée et au périmètre du rassemblement ont été convenues entre la police, la préfecture et les organisateurs, a indiqué vendredi à l'ats le préfet Carl-Alex Ridoré. Quatre orateurs au maximum pourraient prendre la parole, mais la police cantonale, qui attendait la liste jusqu'à midi vendredi, devait encore donner son feu vert.

Car même si formellement la conférence annuelle du CCIS a été annulée sur décision de justice, la plupart des orateurs, qui devaient y participer, sont en Suisse et participeront à la manifestation, a dit à l'ats Qaasim Illi, porte-parole du Conseil central islamique suisse (CCIS). Sur le site de l'organisation, on peut lire que «la conférence annuelle 2014 aura lieu dans la rue».

Dans un premier temps, c'est le préfet de la Sarine qui avait refusé son autorisation au CCIS, présidé par Nicolas Blancho, pour sa conférence annuelle samedi au centre d'expositions de Forum Fribourg à Granges-Paccot. Il avait invoqué alors des risques pour l'ordre public.

Entre 500 et 800 personnes attendues

Outrée par cette interdiction, la Jeunesse islamique suisse (Vereinigung Islamische Jugend Schweiz) a décidé d'organiser une manifestation de protestation en lieu et place de la conférence. Entre 500 et 800 personnes sont attendues à la mi-journée sur la place Georges-Python à Fribourg, selon Qaasim Illi.

Pour les organisateurs, il s'agit de dénoncer cette interdiction de rassemblement mais plus largement de protester contre la tendance anti-islam qui prend de l'ampleur depuis le vote sur l'interdiction des minarets, il y a cinq ans exactement.

Après la première décision négative de la préfecture, le CCIS avait déposé un recours auprès du Tribunal administratif cantonal en demandant des mesures superprovisionnelles. Sa demande a entretemps été rejetée.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!