Publié

Guerre civile en SyrieLa Jordanie appelle à l'aide pour ses 300'000 réfugiés

Le nombre de réfugiés syriens atteint quelque 300'000 personnes en Jordanie depuis le début du conflit, a annoncé vendredi le roi Abdallah, dans le cadre du Forum économique mondial à Davos.

Le régime a encore «beaucoup de capacités et de réserves», a affirmé le roi de Jordanieau Forum économique mondial (WEF). Pour la première fois, la prolongation du conflit provoque des inquiétudes sur la division du pays en plusieurs groupes, a souligné Abdallah.

Le régime a encore «beaucoup de capacités et de réserves», a affirmé le roi de Jordanieau Forum économique mondial (WEF). Pour la première fois, la prolongation du conflit provoque des inquiétudes sur la division du pays en plusieurs groupes, a souligné Abdallah.

AFP

La Jordanie a lancé un appel à l'aide à la communauté internationale et exclut une chute de Bachar al-Assad dans les prochains mois.

Le régime a encore «beaucoup de capacités et de réserves», a affirmé le roi au Forum économique mondial (WEF). Pour la première fois, la prolongation du conflit provoque des inquiétudes sur la division du pays en plusieurs groupes, a souligné Abdallah. Mais il faut déjà tenter de préparer un pacte pour une transition.

Autre problème, l'afflux de combattants radicaux en Syrie ne pourra pas être résolu avant «2 ou 3 ans». Il faut aussi gérer la situation humanitaire pour éviter qu'elle renforce le nombre d'extrémistes. Les réfugiés continuent d'arriver en Jordanie et totalisent désormais 300 000 personnes. Le roi a lancé un appel à l'aide à la communauté internationale avec les conditions climatiques difficiles.

Appel sur la solution à deux Etats

En Israël, il voit en revanche une situation favorable à la paix et à la sécurité dans le conflit israélo-palestinien après le résultat des législatives. Mais il appelle à ne pas tarder à discuter de la solution des deux Etats. Il estime qu'il sera «trop tard» après la présidence de Barack Obama aux Etats-Unis. Le Hamas a revu ses positions de manière plus réaliste, a-t-il ajouté.

Et alors que l'Egypte fêtait vendredi le second anniversaire de sa révolution, le roi Abdallah a appelé à agir pour le respect des libertés et des droits individuels dans les pays du printemps arabe. «Il ne faut pas que les régimes oppresseurs soient remplacés par d'autres plus agressifs encore», a-t-il souligné.

La Jordanie a elle amendé sa constitution et lancé un tribunal constitutionnel après avoir chargé une commission nationale de prévoir des réformes. Il estime cette solution préférable à certains Etats du printemps arabe, comme la Tunisie, qui ont commencé par des élections, avant un difficile processus constitutionnel qui provoquera ensuite à nouveau des élections.

(ats)

Votre opinion