«Incitation à la violence» - La junte birmane rejette et dénonce les accusations de l’ONU
Publié

«Incitation à la violence»La junte birmane rejette et dénonce les accusations de l’ONU

Les Nations Unies redoutent «des atrocités de masse» de la part des militaires birmans, qui rassembleraient actuellement des troupes et des armes lourdes dans le nord du pays.

1 / 23
La junte birmane a qualifié dimanche «d’incitation à la violence» les affirmations de l’ONU, qui a accusé vendredi les militaires de masser des troupes et des armes lourdes dans le nord du pays. (Dimanche 24 octobre 2021)

La junte birmane a qualifié dimanche «d’incitation à la violence» les affirmations de l’ONU, qui a accusé vendredi les militaires de masser des troupes et des armes lourdes dans le nord du pays. (Dimanche 24 octobre 2021)

AFP/Archives
La junte birmane a démenti avoir suspendu l’accès à Internet dans les régions ravagées par le conflit, imputant la récente série de coupures à ses opposants. (Dimanche 26 septembre 2021)

La junte birmane a démenti avoir suspendu l’accès à Internet dans les régions ravagées par le conflit, imputant la récente série de coupures à ses opposants. (Dimanche 26 septembre 2021)

AFP
Les forces de sécurité birmanes ont tué plus d’un millier de civils depuis le coup d'Etat il y a un peu plus de six mois, a déclaré mercredi une ONG de surveillance des droits.

Les forces de sécurité birmanes ont tué plus d’un millier de civils depuis le coup d'Etat il y a un peu plus de six mois, a déclaré mercredi une ONG de surveillance des droits.

AFP

La junte birmane a qualifié dimanche «d’incitation à la violence» les dernières informations de l’ONU sur les droits humains dans le pays, en proie au chaos depuis un coup d'Etat militaire en février.

Depuis le putsch, la répression des protestataires en Birmanie a fait plus de 1100 morts, selon une ONG locale faisant le décompte.

«Attaques génocidaires»

Tom Andrews, le rapporteur de l’ONU pour les droits humains dans ce pays d’Asie du Sud-Est, a dit vendredi craindre que la situation empire, accusant la junte de «masser des dizaines de milliers de troupes et des armes lourdes» dans le nord du pays et redoutant «des atrocités de masse encore plus nombreuses».

«Ces tactiques sont une sinistre réminiscence de celles employées par les forces armées avant leurs attaques génocidaires contre les Rohingyas dans l’Etat Rakhine en 2016 et 2017», a-t-il ajouté.

La junte a rejeté ces déclarations dimanche, accusant les Nations Unies d’utiliser les droits humains comme «moyen politique de s’ingérer dans les affaires internes de la Birmanie».

«Créer plus de divisions»

Les informations de l’ONU «ne peuvent que créer plus de divisions au sein de la nation et sont une incitation à la violence interne», a rétorqué le régime militaire dans un communiqué.

Presque neuf mois après avoir pris le pouvoir, les généraux birmans sont soumis à une pression croissante de la communauté internationale pour engager le dialogue avec leurs opposants, qu’ils n’arrivent pas à contrôler.

La semaine dernière, l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean), doutant de la volonté du régime birman de mettre fin aux troubles meurtriers, a annoncé l’exclusion du chef de la junte, Min Aung Hlaing, du prochain sommet du bloc, formé par 10 pays. Une mesure forte à l’encontre du pouvoir militaire, qui s’est dit «extrêmement déçu».

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire