Crise migratoire: La justice allemande interdit les renvois vers la Grèce
Publié

Crise migratoireLa justice allemande interdit les renvois vers la Grèce

Un tribunal régional refuse de transférer des réfugiés parvenus en Allemagne, contrairement à ce que prévoit l’accord de Dublin. Il craint des traitements dégradants.

Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

AFP

La justice allemande a décidé que les réfugiés ayant obtenu l’asile en Grèce ne devaient pas être renvoyés là-bas en raison du «risque sérieux de traitement inhumain et dégradant», selon une décision rendue publique ce mardi.

Le haut tribunal administratif de Münster, dans l’État régional de Rhénanie du Nord-Westphalie, a estimé que les demandes d’asile en Allemagne de personnes déjà reconnues comme réfugiées en Grèce ne pouvaient pas être rejetées au motif qu’elles seraient irrecevables.

Les juges ont justifié leur décision prise le 21 janvier par les risques actuellement encourus si elles étaient renvoyées en Grèce.

La Cour avait été chargée de statuer sur le recours en appel de deux plaignants, l’un Palestinien de Syrie et l’autre Érythréen, qui avaient obtenu une protection internationale en Grèce.

Les deux avaient ensuite vu leur demande d’asile en Allemagne rejetée mais selon les deux jugements, ces personnes sont menacées «de misère matérielle extrême» si elles sont renvoyées vers Athènes.

Elles ne pourraient être accueillies ni dans un centre d’hébergement pour migrants ni dans des appartements ou des structures d’accueil de sans-abri, qui manquent de place, selon la même source.

«En raison de la situation actuelle sur le marché du travail et de la situation économique, les plaignants ne trouveraient pas de travail en cas de retour en Grèce», poursuivent les juges.

Accueil catastrophique

Les organisations de défense des droits humains et des droits des réfugiés dénoncent régulièrement les conditions d’accueil catastrophiques des demandeurs d’asile en Grèce, en particulier dans les camps insalubres sur les îles de la mer Égée.

Et même une fois reconnus comme réfugiés, certains continuent de survivre dans des conditions très difficiles, parfois sans accès à un logement ou à un travail.

La Grèce est l’un des principaux points d’entrée dans l’Union européenne des réfugiés souvent originaires du Moyen-Orient et d’Afghanistan qui fuient les conflits ou la pauvreté.

(AFPE)

Votre opinion