New York - Agressions sexuelles: une plainte contre le prince Andrew validée
Actualisé

New YorkAgressions sexuelles: une plainte contre le prince Andrew validée

La justice américaine estime recevable une plainte pour «agressions sexuelles» déposée par une femme, mineure au moment des faits, contre le prince britannique.

Un juge de New York a validé, mercredi, la plainte d’une Américaine contre le prince Andrew pour agressions sexuelles en 2001, quand elle avait 17 ans, malgré une demande de rejet du deuxième fils de la reine d’Angleterre.

Dans sa décision, le juge Lewis Kaplan estime que la demande de rejet de cette plainte civile, déposée à l’été 2021 par Virginia Giuffre, l’une des victimes des crimes sexuels du financier américain Jeffrey Epstein, doit être «refusée à tous égards». Dans cette affaire, gênante pour le palais de Buckingham, le deuxième fils de la reine Elizabeth, qui nie vigoureusement les accusations, risque donc toujours un procès au civil. Si tous les recours étaient rejetés, ce procès pourrait se tenir «entre septembre et décembre» 2022, avait dit, à l’automne 2021, le juge new-yorkais Kaplan.

Trois agressions

Cela fait des années que Virginia Giuffre, une Américaine de 38 ans vivant désormais en Australie, désigne publiquement Andrew. Mais l’été dernier, elle a décidé de porter l’affaire devant les tribunaux et a porté plainte à New York, en l’accusant d’avoir été l’un des amis puissants à qui Jeffrey Epstein l’aurait livrée pour qu’il abuse d’elle sexuellement. Virginia Giuffre accuse le prince de l’avoir agressée sexuellement à trois reprises en 2001, quand elle avait 17 ans, à Londres, New York et aux Îles Vierges américaines.

Le camp du prince fait tout depuis six mois pour convaincre la justice américaine d’abandonner cette procédure. Cette fois, pour obtenir le rejet de la plainte, ses avocats avaient brandi un accord de 2009, par lequel Virginia Giuffre s’engageait à ne pas poursuivre Jeffrey Epstein, ainsi que «d’autres accusés potentiels», contre un dédommagement de 500’000 dollars provenant du multimillionnaire américain.

Mais dans une décision de plus de 40 pages, le juge Kaplan considère l’accord «ambigu» et sujet à diverses interprétations, avant de considérer que la demande de rejet doit être «refusée à tous égards». Les avocats de Virginia Giuffre soutenaient que le prince n’était en rien «couvert» par la transaction de 2009, dont il n’avait «même pas connaissance» à l’époque.

Le prince, 61 ans, est embarrassé depuis des années par ses liens avec Jeffrey Epstein, mort en prison en 2019, et son ancienne compagne Ghislaine Maxwell, jugée coupable en décembre de trafic sexuel devant le Tribunal fédéral de Manhattan et qui risque des dizaines d’années de prison.

Problème de sudation

Au sein de la famille royale britannique, celui qui faisait figure de playboy et de militaire courageux, et qui apparaît aujourd’hui comme un paria, nie «catégoriquement» avoir agressé Virginia Giuffre. Dans une interview jugée calamiteuse sur la BBC, en novembre 2019, le prince affirmait même ne pas se souvenir de la jeune fille. Il avait aussi nié avoir dansé «en sueur» avec elle dans une boîte de nuit de Londres, il y a plus de 20 ans, comme elle l’avait raconté, arguant d’une impossibilité de «sudation» depuis la guerre des Malouines, en 1982, où son organisme aurait secrété trop d’adrénaline.

Dans le cadre de la procédure à New York, les avocats de Virginia Giuffre réclament à ceux d’Andrew un certificat médical attestant que son corps ne transpire pas.

Demande rejetée à fin décembre

Largement diffusées, nombre de photos attestent de la proximité entre Andrew, Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell et Virginia Giuffre. Un cliché de 2000 montre le financier américain, la mondaine britannique et le prince à la chasse dans l’est de l’Angleterre. Dans un autre, Andrew et Virginia Giuffre se tiennent par la taille, tout sourire, avec Ghislaine Maxwell en arrière-plan.

Le 31 décembre, le juge Kaplan avait rejeté une autre demande en nullité formée par le prince, au motif que Virginia Giuffre ne pourrait pas porter plainte aux États-Unis, car elle réside en Australie.

Procès entre septembre et décembre?

La défense soutenait le rejet de cette plainte au motif que Virginia Giuffre avait signé, en 2009, un accord avec le financier américain pour ne pas le poursuivre, ainsi que «d’autres accusés potentiels». Un argumentaire refusé par le juge dans sa décision, datée de mardi mais rendue publique mercredi.

Le prince n’est pas poursuivi au pénal dans cette affaire et a toujours vigoureusement rejeté les accusations de Virginia Giuffre. Si tous les recours d’Andrew échouent, un procès au civil pourrait se tenir «entre septembre et décembre» 2022, avait dit à l’automne 2021 le juge Kaplan.

(AFP)

Votre opinion