Canton de Thurgovie: La justice condamne le directeur d’un cirque en faillite
Publié

Canton de ThurgovieLa justice condamne le directeur d’un cirque en faillite

Le directeur de Circus Royal a été condamné pour avoir renoncé à tenir une comptabilité entre 2010 et 2018. Il lui est également reproché d’avoir trop tardivement déposé le bilan.

Oliver Skreinig a dirigé le Circus Royal durant 15 ans, au côté de son compagnon Peter Gasser, décédé en août 2018.

Oliver Skreinig a dirigé le Circus Royal durant 15 ans, au côté de son compagnon Peter Gasser, décédé en août 2018.

KEYSTONE

Le directeur d’un cirque alémanique en faillite écope d’une peine d’un an de prison dont six mois ferme. La justice thurgovienne reproche à Oliver Skreinig d’avoir trop tardivement déposé le bilan et d’avoir renoncé à tenir une comptabilité entre 2010 et 2018.

Agé de 42 ans, le prévenu est, en outre, sanctionné d’une interdiction de travailler pour un cirque durant quatre ans. Il a dirigé le Circus Royal durant 15 ans, au côté de son compagnon Peter Gasser, décédé en août 2018.

Fondé en 1963, le cirque de tradition a employé jusqu’à une centaine de personnes. Il a fait faillite à quatre reprises en dix ans, dont une dernière fois au début de l’année en cours. A chaque fois jusqu’au début 2020, Oliver Skreinig a poursuivi les activités du cirque, malgré sa connaissance de l’endettement des sociétés qu’il fondait avec son partenaire pour diriger le cirque.

Plus d’un million de francs de dettes

Pire, il a même sciemment renoncé à mener une véritable comptabilité, à présenter des rapports annuels et à verser les cotisations AVS de ses employés. De cette manière, il a notamment retardé le dépôt du bilan de ses sociétés. Au final, l’endettement a dépassé un million de francs, entraînant une centaine de procédures à l’office des poursuites, selon le procureur.

Dans son jugement prononcé mercredi, le Tribunal de district de Kreuzlingen (TG) n’a suivi qu’en partie le Ministère public qui réclamait une peine de deux ans dont un an ferme.

La défense a demandé en vain l’acquittement de l’accusé pour les principaux chefs d’accusation. Le prévenu a déclaré que son défunt compagnon était en charge des finances. Lui-même ne s’occupait en réalité que du fonctionnement du cirque en tant qu’hôte des spectateurs, s’est-il défendu.

(ATS/NXP)

Votre opinion