Publié

GenèveLa justice déboute un détenu de Champ-Dollon

Le Tribunal des mesures de contrainte de Genève a rejeté une demande de mise en liberté pour traitements dégradants déposée par un détenu de la prison de Champ-Dollon.

La prison de Champ-Dollon a été conçue pour 376 détenus et en accueille aujourd'hui près de 800.

La prison de Champ-Dollon a été conçue pour 376 détenus et en accueille aujourd'hui près de 800.

Keystone

La demande de mise en liberté pour traitements dégradants déposée par un détenu de la prison de Champ-Dollon a été rejetée par le Tribunal des mesures de contrainte de Genève. Ce dernier va toutefois enquêter pour savoir dans quelles conditions ce détenu est enfermé.

Cette information, révélée mardi par Le Temps, a été confirmée par l'avocate du détenu, Dina Bazarbachi. Cette dernière avait demandé la mise en liberté de son client, emprisonné pour vol, car elle estimait que les conditions de sa détention étaient indignes, Champ-Dollon faisant face à un grave problème de surpopulation.

La prison, conçue pour 376 détenus, en accueille aujourd'hui près de 800. Selon Dina Bazarbachi, les détenus ne peuvent plus bouger et restent 23 heures sur 24 dans des cellules irrespirables et sales. L'avocate est prête à aller jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme pour obtenir gain de cause.

Dina Bazarbachi a vu une autre demande de remise en liberté d'un de ses clients rejetée, par la Chambre pénale d'appel cette fois.

L'homme est condamné pour vol. Pour motiver sa décision, la cour s'est basée sur un arrêt du Tribunal fédéral de 2010 qui avait jugé correctes les conditions de détention à Champ-Dollon.

Dina Bazarbachi ne baisse pas pour autant les bras. Elle a demandé auprès du Ministère public la mise en liberté d'un autre de ses clients pour traitements dégradants. Cet homme, âgé de 53 ans, se trouve actuellement à Champ-Dollon pour une barrette de haschisch et il dort à même le sol, a souligné l'avocate.

(ats)

Ton opinion