Actualisé

Afrique du SudLa justice va décider du sort du petit-fils de Mandela

D'ici vendredi, la justice sud-africaine décidera si elle engage ou non des poursuites contre Mandla, le petit-fils de Nelson Mandela, accusé par sa famille de violation de sépultures.

Mandla Mandela est l'aîné des petits-fils de Nelson Mandela.

Mandla Mandela est l'aîné des petits-fils de Nelson Mandela.

Reuters

«Nous avons reçu le dossier de plainte (transmis par la police, ndlr). Le parquet va regarder ce qu'il y a dedans et sur cette base, décider dans le courant de la semaine s'il engage ou non des poursuites», a déclaré à l'AFP un porte-parole régional du parquet Luxolo Tyali, joint par téléphone à Mthatha (sud).

En 2011, Mandla a déplacé les dépouilles de trois enfants de Nelson Mandela à Mvezo, le village du Transkei (sud) où est né Nelson Mandela le 18 juillet 1918, et dont Mandla est devenu le chef traditionnel en 2007.

Ce transfèrement – dûment raconté par la presse locale – n'a pas troublé outre mesure les Mandela jusqu'à ce que la famille réalise que Nelson Mandela, hospitalisé entre la vie et la mort, risquait de ne pas pouvoir être enterré près de ses enfants, puisque lui-même a demandé à reposer à Qunu, à 30 km de là.

Mandla, paria des Mandela

La famille a donc exigé que Mandla rende les corps mais elle a dû aller en justice et l'assigner en référé pour qu'il s'exécute et pour que les trois corps soient remis en terre jeudi dernier à Qunu, le village où Nelson Mandela dit avoir passé les plus belles années de son enfance.

Dans la foulée de cette première action en justice, une plainte a été déposée dans un commissariat des environs pour «violation de sépultures» contre Mandla, qui à 39 ans fait de plus en plus figure de paria et voit sa chefferie contestée.

Son frère Ndaba, 30 ans, le successeur direct de sexe masculin dans la lignée, était mardi à Johannesburg en compagnie du roi thembu Buyelekhaya Dalindyebo, qui a autorité sur la famille Mandela, les deux hommes apparaissant au vu et au su de tous dans le jardin de la maison de Nelson Mandela, et visiblement en bons termes.

(AFP)

Votre opinion