13.10.2020 à 18:09

FootballLa Ligue 1 poignardée par son diffuseur

Contrat pharaonique, création d’une nouvelle chaîne, Mediapro devait doper la diffusion de la Ligue 1. Après un mois, il ne paie plus ses traites. La peur de l’arnaque grandit.

par
Mathieu Aeschmann
Si sa nouvelle chaîne Telefoot fonctionne, le nouveau diffuseur de 80% des droits du championnat de France, Mediapro, ne paie plus ses traites. La Ligue 1 est-elle en danger? EPA/IAN LANGSDON

Si sa nouvelle chaîne Telefoot fonctionne, le nouveau diffuseur de 80% des droits du championnat de France, Mediapro, ne paie plus ses traites. La Ligue 1 est-elle en danger? EPA/IAN LANGSDON

KEYSTONE

L’allégorie pourrait prêter à sourire si sa morale ne plaçait pas le football français au bord du précipice. Pour avoir voulu casser le pacte de non-agression entre Canal+ et BeIN Sports, la LFP et ses clubs sont en train de basculer dans la psychose du scénario catastrophe.

De quoi parlons-nous? Du contrat pharaonique décroché en mai 2018 par le groupe sino-espagnol Mediapro pour la diffusion de la Ligue 1 entre 2020 et 2024: 840 millions de francs par an pour 80% des matches.

Il y a dix-huit mois, la taskforce qui a été chargée de superviser le deal – J.-H. Eyraud, B. Caïazzo, J.-P. Rivère, M. Denisot et J.-M. Aulas (sur la fin) entre autres – se frotte les mains. Mediapro a remporté la mise en promettant la création d’une chaîne 100% football et la manne financière qu’il promet doit permettre à la Ligue 1 de rattraper son retard de compétitivité.

Sauf que dans le même temps, des voix discordantes s’élèvent au cœur de l’allégresse générale. Quelques semaines plus tôt, la Serie A italienne a en effet mis fin à ses négociations avec Mediapro parce que ce dernier refusait de lui fournir une garantie bancaire. Et au lendemain du verdict de l’appel d’offres, Maxime Saada, le président de Canal+, décrit sur Europe 1 un modèle économique non viable.

Alors que s’est-il passé? Comment la LFP et ses acteurs ont-ils pu céder aux sirènes de l’argent facile sans davantage de scrupules? «Nous avons une caution solidaire de l’actionnaire de référence de Mediapro, explique en 2018 l’ancien directeur de la Ligue Didier Quillot au journal «L’Équipe». Ce n’est pas une garantie bancaire, car une garantie bancaire de 1,153 milliard d’euros par an, ça n’existe pas. Il y a un contrat. Si jamais Mediapro ne payait pas, on se retournerait vers son actionnaire.»

Soit. Eh bien, c’est exactement ce que la Ligue tente de faire depuis le non-paiement par Mediapro de son échéance de paiement du 5 octobre (185 millions), suivie par l’annonce de son président Jaume Roures de «vouloir renégocier les conditions du contrat». La LFP a refusé la renégociation. Elle exige son argent, cherche des solutions, sauf qu’une caution solidaire de l’actionnaire n’est pas une garantie bancaire. Or depuis dix jours, pas de nouvelles dudit actionnaire chinois.

Pour avoir voulu gagner beaucoup plus – sans doute trop par rapport à la valeur d’un championnat défensif et joué d’avance – les clubs français se retrouvent aujourd’hui dans une situation alarmante. Alors que la Ligue 1 est le seul des cinq grands championnats à n’avoir jamais repris sa saison 2019-2020 (obligeant la LFP à emprunter environ 250 millions), qu’elle n’a pas réussi à vendre comme elle l’espérait lors du dernier mercato, la voilà prise au piège d’un contrat gonflé et fragile.

Samedi 17 octobre, les clubs de l’Hexagone sont censés percevoir leur part de la manne des droits TV. S’ils la touchent, celle-ci proviendra d’un nouvel emprunt et non de Mediapro. Et s’ils ne la touchent pas, certains basculeront dans des chiffres écarlates.

«Si je n’étais pas inquiet pour les finances de nos clubs, je serais irresponsable», a admis le nouveau président de la LFP Vincent Labrune toujours dans «L’Équipe». Pour la petite histoire, Didier Quillot et Nathalie Boy de la Tour (présidente au moment du deal) ont eux quitté la LFP avec, en poche, un coquet bonus en lien avec cette si belle affaire.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
10 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Observateur

14.10.2020 à 11:05

Ce qui arrive à la Ligue1 arrivera aussi aux autres championnats majeurs (PL, Serie A ou Liga) qui vivent en-dessus de leurs moyens.

ignacio

14.10.2020 à 08:18

de toute façon le championnats de France ses nul

Le vrai foot

13.10.2020 à 21:37

Personne ne veut de la très faible ligue 1.. il y a que les français qui pensent que leur football va être suivi par tous les pays du monde.. on n en veut pas de la ligue 1.. bien fait pour les clubs qui pensaient se faire des roupettes en or..