Deuxième référendum lancé - La loi Covid a été acceptée par le peuple… une première fois
Publié

Deuxième référendum lancéLa loi Covid a été acceptée par le peuple… une première fois

Les opposants à la loi, perdants dans les urnes ce dimanche, repartent au combat et récoltent déjà des signatures pour un deuxième référendum.

par
Yannick Weber

«Comme prévu, les mensonges et la campagne de désinformation du Conseil fédéral, avec ses alliés des médias subventionnés, ont rencontré un succès partiel». Les opposants à la loi Covid, réunis dans un communiqué de presse commun, ont réagi avec une amertume toute relative. Car certes, les Suisses ont accepté la loi par 60,1% de oui. Mais la défaite n’est pas totale.

Latins et urbains confiants

Plusieurs petits cantons ont en majorité rejeté le texte (notamment Schwytz à 59% de non, Uri à 55%, Nidwald à 56%, et la palme à Appenzell Rhodes-Intérieures avec 60,8% de non). Certaines communes ont même montré des scores impressionnants, comme le village schwytzois et conservateur d’Unteriberg (87% de non).

Le message alarmiste sur une loi «liberticide» a eu un peu plus de mal à passer parmi les populations latines et urbaines. Champion du oui, le canton de Vaud a accepté la loi à 70,2% et Genève à 69,3%. Suivent ensuite le Tessin (69,2%) et Bâle-Ville (69,1%).

On votera encore

Ces résultats redonnent de l’énergie aux apeurés de la dictature, qui ont annoncé participer ensemble à la récolte de signatures déjà lancée pour un nouveau référendum tout ce qu’il y a de plus démocratique. Puisque la loi refusée était celle du mois de septembre de l’année dernière, ils combattent cette fois les modifications qui ont été apportées ultérieurement, à savoir, principalement, celle qui introduit le Certificat Covid.

Les Jeunes UDC ont annoncé dimanche s’y associer, tout comme le groupe «Les Amis de la Constitution». Les 50’000 signatures devront être déposées à la Chancellerie début juillet. Comme le menu des votations de septembre est déjà établi, la votation sur le Certificat Covid n’interviendrait pas avant novembre, c’est-à-dire bien après que le certificat ne soit lancé auprès de la population.

«Solidarité et cohésion»

L’acceptation de la loi devrait par contre soulager les entreprises impactées par les fermetures décidées par le Conseil fédéral, puisque c’est elle qui doit leur permettre de continuer à toucher des aides économiques. «Ce oui clair est la preuve que la population fait confiance aux forces politiques qui se sont engagées en faveur de la protection sanitaire et d’un soutien efficace à l’économie de manière constructive au cours de la pandémie», se sont réjouis les Vert-e-s. De la même façon, le Centre salue le fait que «les électeurs se prononcent clairement en faveur de la solidarité et de la cohésion dans cette situation de crise.»

Les résultats par commune

Votre opinion

136 commentaires