États-Unis: «La loi est stupide mais je dois la suivre», lance le juge
Actualisé

États-Unis«La loi est stupide mais je dois la suivre», lance le juge

De nouvelles mesures liées aux libérations sous caution énervent un juge new-yorkais. D’autres, au contraire, les saluent.

par
lematin.ch
Juge à la Cour suprême de New York, Maxwell Wiley a pesté contre de nouvelles normes légales.

Juge à la Cour suprême de New York, Maxwell Wiley a pesté contre de nouvelles normes légales.

GoogleMaps

Un juge new-yorkais s’est fait remarquer jeudi pour avoir ouvertement dit tout le mal qu’il pensait de nouvelles normes légales. Maxwell Wiley était face à un homme incarcéré pour une accusation «en lien avec un cambriolage». Le libérer, a-t-il lâché, serait «contraire au bon sens et à la sagesse».

Le juge Wiley a cependant levé les yeux au ciel. Il a lancé: «la loi est stupide mais je dois la suivre». Et il a décidé de libérer l’accusé…

L’objet de son irritation? Une refonte du système de libération sous caution à New York. Désormais, dans l’attente de leur procès, les personnes accusées d’avoir commis des délits mineurs et non-violents peuvent être libérées sans payer de caution. Auparavant, ceux qui ne s’acquittaient pas d’une caution restaient en détention préventive.

«Dévastateur pour les plus pauvres»

Contrairement au juge Wiley, manifestement outré par ce «laxisme», d’autres estiment que ces nouvelles mesures représentent un réel progrès. Ceux-là pensent que l’ancien système prétéritant les plus démunis était particulièrement injuste et cruel.

«Il y a actuellement aux États-Unis près de 750 000 détenus qui attendent d’être jugés parce qu’ils n’ont pas les moyens de payer leur caution. L’incarcération avant un procès a un effet particulièrement dévastateur sur les plus pauvres. Les familles perdent souvent la seule source de revenu dont elles disposent», plaide ainsi l’avocate Esha Krishnaswamy sur le site spécialisé Law and Crime.

Cette spécialiste ajoute qu’il faut souvent deux à trois ans avant que procès n’ait lieu. Et taxe l’ancien système de cautions généralisées de «guerre contre les pauvres».

R.M.

Votre opinion