Berne - La loi sur CO₂ entraînée par un effet de triple non?
Publié

BerneLa loi sur CO₂ entraînée par un effet de triple non?

Les derniers sondages donnent un léger avantage pour la loi, mais ses partisan(e)s à Berne restent sur leur garde. Ils redoutent un effet d’entraînement avec le rejet des initiatives sur les pesticides.

par
Eric Felley
Au moment de remplir son bulletin, le caractère environnemental des objets soumis au vote peut provoquer un refus global.

Au moment de remplir son bulletin, le caractère environnemental des objets soumis au vote peut provoquer un refus global.

Getty Images/500px

S’il en est un qui s’est engagé sans compter pour la loi sur le CO₂, c’est bien le conseiller national Roger Nordmann (PS/VD). Ce mercredi, après avoir pris connaissance des derniers sondages SSR et Tamedia, qui donne un oui à 53% et 54%, il demeure prudent: «Il faut lutter contre la campagne du 3 X Non et bien expliquer la différence entre les deux initiatives contre les pesticides, qui ont un caractère radical, et la loi sur le CO₂, qui est modérée et équilibrée. C’est la position par exemple de l’Union suisse des paysans, qui recommande 2 X Non et 1 X Oui. Les paysans ont compris que les problèmes climatiques, notamment les sécheresses, sont une menace pour eux».

Le socialiste vaudois attend aussi que les villes se mobilisent davantage d’ici le 13 juin: «Pour l’instant la participation est trop basse». Le clivage ville-campagne est une caractéristique que l’on trouve sur ces trois objets concernant l’environnement. Le vote urbain, favorable à quelque 60% selon les sondages, est capital pour faire passer loi sur le CO₂, qui n’est pas soumise à la double majorité avec les cantons. «J’aimerai dire aussi, poursuit Roger Nordmann, que nous sommes le seul pays du monde où le peuple se prononce sur un tel sujet. Ce serait tout de même dramatique qu’il soit refusé».

Les deux initiatives entraînent la loi dans leur sillage

Sidney Kamerzin, conseiller national (C/VS)

Pour Sidney Kamerzin (C/VS), la dynamique du 3 X Non est bien réelle dans les zones rurales. Lui-même, contrairement à son parti, fait campagne contre la loi sur le Co2 dans son canton: «Les deux initiatives entraînent la loi dans son sillage», estime-t-il, se montrant confiant dans un triple non valaisan. Par contre, comme la loi sur le CO₂ n’a pas la protection de la majorité des cantons; «Cela sera plus difficile de gagner au niveau suisse, le fossé avec les villes est très marqué cette fois-ci».

Une dynamique du 3 X Non dans les zones rurales ? Christine Bulliard-Marbach (C/FR) préfère ne pas y penser: «Les gens doivent faire la part des choses. Avec la loi sur le CO₂ on fait quelque chose pour l’environnement. Avec les initiatives, on va contre le monde agricole». Elle va continuer sa campagne pour le oui: «Chacun doit faire quelque chose, en particulier dans les régions de montagne, qui sont très touchées par les conséquences du réchauffement»

«Ville-campagne: il faut rapprocher ces deux mondes»

Jacques Bourgeois, conseiller national (PLR/FR)

Jacques Bourgeois (PLR/FR) constate que dans la campagne fribourgeoise, où il aime à se promener à vélo, «les affiches pour les trois non sont bien visibles. Mais actuellement, la loi sur le CO₂ dispose d’une marge de oui, alors que les deux initiatives sont à la baisse. Tous les gens ne font pas l’amalgame. Le contraste ville-campagne existe, aujourd’hui il faudrait plutôt tenter de rapprocher ces deux mondes.»

Trois fois non, ce sera le vote de Jean-Pierre Grin (UDC/VD). Mais il ne pense pas que les initiatives sur les pesticides entraînent dans leur chute la loi sur le CO₂: «Ce sont des sujets très différents, les deux initiatives extrêmes concernent le monde agricole, la loi sur CO₂ est une réflexion sur l’économie et le porte-monnaie des citoyens. On prélève des taxes, mais elles n’auront pas l’effet escompté sur le climat». Cela dit, il reste optimiste quant à un triple non: «Si la loi est refusée, cela ne veut pas dire que l’on ne veut rien faire. Je me considère comme un climatosceptique modéré», conclut-il avec un brin d’ironie.

Votre opinion

172 commentaires