20.11.2014 à 17:31

La lutte contre les punaises de lit restera cantonale

Hygiène

Le Conseil fédéral estime que c'est aux cantons de se débrouiller avec leurs matelas, car les punaises de lit ne constituent pas un danger suffisant pour en faire un cas de santé publique.

Ce parasite provoque de fortes démangeaisons.

Ce parasite provoque de fortes démangeaisons.

Comme les poux, ces parasites ne transmettent pas de maladie. Le Conseil fédéral refuse que Berne s'immisce dans les matelas cantonaux et communaux.

Les punaises de lit prolifèrent depuis quelques années en Suisse, déplore le conseiller national Guillaume Barazonne (PDC/GE). Ces insectes actifs de nuit qui se trouvent généralement le long des coutures de matelas se nourrissent de sang humain et provoquent de fortes démangeaisons aux victimes piquées.

Salubrité publique

Invoquant des problèmes de salubrité publique importants notamment en milieu urbain, le conseiller administratif de Genève réclame un rapport sur la situation. Le Conseil fédéral doit faire le point et présenter des pistes pour une lutte coordonnée des communes, des cantons et de la Confédération «avant que le phénomène prenne de l'ampleur et devienne ingérable».

Les punaises ne constituent pas un thème de santé publique, rétorque jeudi le Conseil fédéral. L'Office fédéral n'a reçu qu'une communication formelle à leur sujet ces deux dernières années.

La Confédération n'a de toute façon pas de base légale pour agir contre les organismes ne transmettant aucune maladie et ne menaçant pas la diversité biologique. Pas question de chasser punaises de lit, poux et autres sarcoptes à la place des cantons.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!