Football: La maison bâloise brûle
Publié

FootballLa maison bâloise brûle

La course au titre semble bien mal emmanchée après la première sortie du club rhénan, de quoi attiser encore la colère des fans.

par
Sport-Center
Marcel Koller seul face aux médias. Son club a sans doute dit adieu à ses derniers espoirs de titre ce week-end.

Marcel Koller seul face aux médias. Son club a sans doute dit adieu à ses derniers espoirs de titre ce week-end.

Keystone

Le FC Bâle connaît à n'en pas douter l'un de ses pires exercices du siècle présent. Dimanche, il a sans doute abandonné ses derniers espoirs de titre en allant perdre à Lucerne (2-1). Le FCB est désormais relégué à huit point du duo de tête Young Boys - St-Gall.

Privé de pas mal de joueurs sur blessure, le club suisse le plus titré du XXIe siècle n'a pas vraiment fait honneur à son rang. «Ça ne devrait pas être une excuse, mais beaucoup de joueurs importants manquaient à l’appel, justifiait Taulant Xhaka à l'issue de la rencontre. Valentin Stocker, Raoul Petretta ou encore Edon Zehgrova, par exemple, qui est très bon en un contre un. On a manqué d’intensité devant, et derrière c’était compliqué.»

Une liste à laquelle il faudrait encore ajouter le Genevois Kevin Bua, en fin de contrat le 30 juin, avec lequel aucun accord n'a été trouvé.

Une première défaite pour l'entame de cette seconde partie de championnat qui va encore attiser la colère des supporters bâlois de l'influente Muttenzerkurve, forte de pas loin de 10'000 supporters. Ces derniers avaient demandé la semaine dernière la démission des dirigeants rhénans: Bernhard Burgener, Roland Heri, Peter von Büren, Karl Odermatt et Massimo Ceccaroni. Soit tous, à part le nouveau venu David Degen, à qui ils laissent le temps d'arriver.

«Nous ne voyons plus aucune perspective pour le FCB sous la direction actuelle», indiquaient les supporters le long d'une missive publiée sur muttenzerkurve.ch. Et plus loin: «Nous les considérons comme incapables de traverser la crise ou de maîtriser les défis à venir. Pour le bénéfice du club, nous appelons donc l'ensemble de l'équipe dirigeante à démissionner de tous ses postes de responsabilité.»

La marmite bout depuis un moment au bord du Rhin. D'autant plus depuis que la direction a annoncé une perte de 19 millions de francs pour l'année passée, là où YB réalisait un bénéfice de 21 millions. Sans compter le désamour pour le style de football très pragmatique proposé par Marcel Koller et ses hommes.

Pour tenter de se réconcilier avec son public, le staff et les joueurs ont encore deux tableaux sur lesquels se racheter. La Coupe de Suisse, d'abord, et la Ligue Europa. Deux compétitions qui risquent bien de se chevaucher début août et où il s'agira d'établir des priorités.

Sport-Center

Votre opinion