12.11.2020 à 01:45

Hong KongLa Maison-Blanche menace la Chine de nouvelles sanctions

Pour Washington, Pékin a «violé de manière flagrante» l’autonomie de Hong Kong en y évinçant quatre députés pro-démocratie mercredi.

Les États-Unis continueront à «identifier et de sanctionner les responsables de l’extinction de la liberté à Hong Kong», a déclaré Robert O’Brien, le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, a indiqué (archives).

Les États-Unis continueront à «identifier et de sanctionner les responsables de l’extinction de la liberté à Hong Kong», a déclaré Robert O’Brien, le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, a indiqué (archives).

KEYSTONE/AP/Eraldo Peres

Les États-Unis ont menacé mercredi la Chine de nouvelles sanctions pour avoir selon eux «violé de manière flagrante» l’autonomie de Hong Kong en y évinçant quatre députés pro-démocratie.

«Les actions récentes de Pékin disqualifiant les législatrices pro-démocratie du Conseil législatif de Hong Kong ne laissent aucun doute sur le fait que le Parti communiste chinois (PCC) a violé de manière flagrante ses engagements internationaux», a déclaré Robert O’Brien, le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump. Il a ajouté que les États-Unis continueraient «d’identifier et de sanctionner les responsables de l’extinction de la liberté à Hong Kong».

Mercredi, quatre députés pro-démocratie de Hong Kong ont été démis de leur mandat après l’adoption par Pékin d’une résolution accordant aux autorités locales le pouvoir de disqualifier des élus considérés comme menaçant la sécurité nationale. Peu après, l’ensemble des députés pro-démocratie hongkongais ont annoncé leur prochaine démission, en solidarité avec leurs quatre confrères évincés.

Le Conseil législatif (LegCo), Parlement de Hong Kong, s’est donc réuni jeudi sans aucun élu pro-démocratie. Ces démissions sont le dernier coup porté au camp pro-démocratie qui fait l’objet d’attaques incessantes depuis que Pékin a imposé fin juin une loi sur la sécurité nationale. De nombreux militants ont depuis été arrêtés alors que d’autres ont choisi l’exil.

Sanctions étendues

Lundi, Washington avait imposé des sanctions à quatre responsables supplémentaires accusés d’avoir restreint les libertés à Hong Kong. Edwina Lau, à la tête de la division de la police hongkongaise chargée de la sécurité nationale, fait partie des fonctionnaires désormais interdits d’entrée aux États-Unis. Ses éventuels avoirs sur le sol américain seront gelés. Li Jiangzhou, directeur adjoint d’un bureau de Hong Kong chargé de préserver la sécurité nationale, fait aussi partie de cette nouvelle liste.

La question de Hong Kong est au cœur de la dure confrontation aux accents de guerre froide entre les États-Unis et la Chine. Donald Trump a mis fin au statut commercial préférentiel dont bénéficiait le territoire pour protester contre la loi chinoise sur la sécurité nationale.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!