Commentaire - La majorité vaccinée va peu à peu fixer ses règles
Publié

CommentaireLa majorité vaccinée va peu à peu fixer ses règles

L’utilisation du pass sanitaire, qui n’était qu’une lointaine hypothèse, est en train de devenir la seule solution pour sortir de la crise.

par
Eric Felley
On peut estimer à environ 2 millions, le nombre de personnes en Suisse qui ne voudront pas se faire vacciner.

On peut estimer à environ 2 millions, le nombre de personnes en Suisse qui ne voudront pas se faire vacciner.

Getty Images/iStockphoto

Dans une certaine catégorie de la population en Suisse, difficile à quantifier, la vaccination est perçue comme positive, mais l’utilisation du pass sanitaire pour filtrer les gens fait l’objet d’une défiance certaine. Chez nos voisins français ou italiens, la question ne se pose plus, puisqu’ils sont en train d’introduire le pass d’une manière plus large qu’on ne l’aurait pensé il y a encore un mois. Les incitations sont fortes pour pousser les gens à la vaccination en rendant les tests payants ou carrément en les supprimant du pass.

Au fil des dernières semaines, l’idée de séparer les vaccinés et les non vaccinés dans l’usage de l’espace public a pris de la consistance. En Suisse, certains en font la demande chaque jour plus pressante et veulent l’étendre aussi sur les lieux de travail. L’utilisation du pass sanitaire, qui n’était qu’une lointaine hypothèse, est en train de devenir la seule solution pour sortir de la crise. Cependant, en Suisse, on part du constat qu’environ 25% de la population ne se feront pas vacciner quoi qu’il advienne. Cela représente tout de même 2 millions de personnes, qui sont dans leur droit, vu que la vaccination est facultative. Une initiative populaire est d’ailleurs proche d’aboutir pour faire inscrire ce principe dans la Constitution.

Quelles conséquences sociales?

Honnêtement, personne n’a le recul nécessaire pour prévoir quelles seront les conséquences sociales de cette ségrégation qui ne dit pas encore son nom. Peut-être qu’il n’y en aura aucune et qu’il est inutile de se faire du souci pour ça. Mais on peut penser que certains ne resteront pas sans réagir, quand les devantures afficheront les nouvelles couleurs de l’OFSP avec la mention du «pass obligatoire» pour franchir telle ou telle porte. On risque de voir apparaître des slogans comme: «ici on accueille tout le monde…»

Une chose semble s’imposer: la majorité vaccinée va peu à peu fixer ses règles pour «profiter» de son immunité. Les non-vaccinés n’auront d’autre choix que de se faire discrets, le temps que ça se calme. La question est de savoir combien de temps cette situation va durer… Nul ne peut lire dans une boule de cristal. Jusqu’ici, le pass a toujours été présenté comme un mal nécessaire, mais provisoire. Avec la menace des variants à répétition, le doute s’insinue dorénavant quant à la pérennité de cette situation.

Votre opinion

329 commentaires