Actualisé

SécuritéLa menace terroriste inquiète les policiers genevois

Les agents municipaux genevois, qui ne sont pas armés, refusent d'effectuer certaines missions, après les attentats perpétrés à Paris et les menaces proférées par des djihadistes de l'Etat islamique.

Les policiers municipaux genevois sont très inquiets de la menace des djihadistes de l'Etat islamique.

Les policiers municipaux genevois sont très inquiets de la menace des djihadistes de l'Etat islamique.

DR/Ville de Genève

L'inquiétude a gagné les rangs des polices municipales du canton de Genève. Les agents genevois ne sont en effet pas armés. Ils refuseront donc de faire certaines missions, aussi longtemps que le niveau d'alerte sera maintenu à un niveau élevé dans la ville.

«Il s'agit d'actions préventives», a souligné ce lundi 19 janvier Patrick Moynat, le président de l'Union des polices municipales, confirmant une information parue dans la Tribune de Genève. Les agents n'effectueront plus, jusqu'à nouvel avis, un travail de contrôle de véhicules ou de contrôle de personnes.

Les plantons fixes devant des commerces, des stations-service ou des bureaux de change, sont levés. «Nous serons mobiles, afin de ne pas constituer une cible facile», a expliqué Patrick Moynat. Les opérations mixtes avec la police cantonale pour assurer la tenue de conférences internationales, par exemple, sont aussi suspendues.

Agents pas armés

Le conseiller administratif Guillaume Barazzone, chargé du Département de la sécurité à la Ville de Genève, n'a pas voulu s'exprimer sur les revendications des syndicats des policiers municipaux. «Les agents feront ce qu'on leur dit de faire et ils doivent respecter les ordres», a-t-il simplement déclaré.

Le magistrat PDC a rappelé que la question du port d'arme relevait de la compétence du canton. Des mesures, comme le gilet pare-balles et le renforcement des patrouilles, ont déjà été prises. La politique serait adaptée en cas de risques particuliers signalés par la police cantonale.

Les polices municipales du canton de Genève sont les seules polices en Suisse dont les agents ne sont pas armés. Un projet de loi pour mettre fin à cette exception est actuellement à l'étude en commission du Grand Conseil. Le canton de Genève compte un peu plus de 300 policiers municipaux répartis dans 17 communes.

(ats)

Votre opinion