Publié

PrestigeLa Mercedes Classe S se lance à la reconquête de la première place

La marque à l’étoile a dévoilé la dernière version de sa limousine de luxe. Une débauche de nouveautés pourrait bien la faire revenir sur le devant de la scène.

par
Gil Egger
Fleuron de la gamme Mercedes, la Classe S a figuré en tête du segment durant huit ans. La dernière version, présentée cette semaine à Hambourg, apparaît plus fine, plus racée.

Fleuron de la gamme Mercedes, la Classe S a figuré en tête du segment durant huit ans. La dernière version, présentée cette semaine à Hambourg, apparaît plus fine, plus racée.

Daimler AG - Global Communications Mercedes-Benz Cars

Un parterre de 500 journalistes du monde entier occupait un hangar luxueusement aménagé chez Airbus, à Hambourg. Là où sont construits les A320 et où sont assemblés les géants A380. Un écrin digne des ambitions clairement annoncées par Mercedes-Benz: présenter la meilleure voiture du monde.

En tête des voitures de luxe

Partout sur la planète, la Classe S figure en tête des voitures de ce segment supérieur… sauf en Suisse. Depuis le début de l’année, la Série 7 de BMW lui a ravi la première place. Mais la nouvelle Classe S pourrait bien reconquérir sa position. Le modèle actuel a été vendu à un demi-million d’exemplaires depuis sa présentation en 2005. Le marché: le monde, avec un soin tout particulier apporté à la Chine, très friande de luxe. D’ailleurs, la conception de la nouvelle version a commencé sur l’empattement long, le seul qui sera distribué là-bas, pour cause de clientèle habituée à disposer d’un chauffeur. En Europe, au contraire, bien des clients conduisent eux-mêmes leur Classe S.

Sur le plan de la structure, l’appel à des matériaux mélangeant les aciers à haute résistance et l’aluminium a réduit le poids, jusqu’à 100 kg selon les variantes, et malgré une taille qui a pris quelques centimètres et une rigidité augmentée de 50%. L’aérodynamisme a atteint des chiffres records, un Cx de 0,24 pour la berline et même de 0,23 pour l’hybride.

Des «yeux» anticipent la route

Une débauche de nouvelles technologies prend place dans ce fleuron de la gamme Mercedes. Citons la plus étonnante, le Magic Body Control, capable d’anticiper les inégalités de la chaussée et qui, selon les dires des ingénieurs, transforme la voiture en tapis volant: une caméra stéréo «lit» la route et agit sur la souplesse des suspensions. Plus aucune ampoule ne subsiste.

Tout l’éclairage, intérieur comme extérieur, fait appel à 500 LED. Les innombrables assistances à la conduite vont jusqu’à faire votre boulot: la Mercedes gère automatiquement la distance, les démarrages et les freinages qui se succèdent dans les bouchons. Dès que la vitesse augmente, vous êtes évidemment responsable des commandes!

Les compteurs, comme sur les Airbus, s’affichent sur un écran de grande taille. A côté, un autre regroupe les fonctions disponibles, distinctes pour le conducteur et le passager, ce dernier étant autorisé à visionner un film, que celui qui tient le volant ne voit pas, sécurité oblige. Une partie des fonctions se commande depuis une application pour smartphone, comme le massage de type «pierres chaudes», le chauffage ou la ventilation des sièges.

Comme à la maison

Entre les assistances pour le conducteur, le divertissement pour les passagers, la connectivité, la nouvelle Classe S déplace tout le confort de la maison et du bureau à bord. Pour autant, bien sûr, que l’on choisisse les options que l’on trouve indispensables pour ce faire.

Fiche technique

Modèle S400 HYBRID

Dimensions (L×l×H) 5,12×1,90×1,49 m (longue 5,25 m) Empattement 3,03 m (longue 3,16 m) Places 5 Coffre 510 l (1000 dossiers arrière rabattus) Poids 1945 kg Prix 115 000 fr. (longue 122 600 fr.)

Moteur

Cylindres V6 Cylindrée 3498 cm3 Chevaux (kW) 306 (225) Moteur électrique 20 kW Couple maxi 370 Nm (électrique 250 Nm)

Performances

Vitesse max. 250 km/h 0-100 km/h 6’’8

Consommation

Mixte normalisée 6,8 l/100 km Émissions de CO2 159 g/km Étiquette énergie Non communiqué

Garantie Non communiqué

Votre opinion