Actualisé 03.05.2018 à 14:31

Aide aux migrantsLa mère d'un Genevois emprisonné en France «est fière»

Deux Suisses sont incarcérés à Marseille pour avoir aidé une trentaine de migrants à passer la frontière franco-italienne. La maman de l'un d'eux lui apporte son soutien.

par
cga

Bastien est incarcéré à la prison des Baumettes, à Marseille, depuis le 26 avril dernier. Avec un autre Genevois, il a été arrêté durant le week-end du 20 et 21 avril dans les alpes françaises au-dessus de Briançon pour avoir aidé des migrants à entrer en France, en réaction à une action contraire d'un groupe identitaire.

Mardi, une manifestation de soutien aux Genevois incarcérés a réuni une centaine de personnes devant le consulat de France à Genève. Le «Dauphiné Libéré» y a rencontré la mère de Bastien. Elle dénonce les conditions de garde à vue «déplorables» auxquelles son fils a été soumis pendant 36 heures et se dit choquée car les militants identitaires n'ont eux pas été poursuivis. «Je suis très fière d'eux (ndlr: Bastien son fils, Théo et Eleonora deux autres militants en détention préventive) et j’aimerais que leur situation ne fasse pas oublier celle des migrants, bien plus dramatique», relativise la maman.

Sans nouvelle directe de Bastien, elle se veut confiante quant à l'état psychologique de son fils grâce à la «solidarité» autour de lui.

Durant le défilé du 1er mai à Genève, des affiches en soutien «aux 3 de Briançon»

Les deux Suisses doivent comparaître le 31 mai avec une Italienne. Poursuivis pour avoir «par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée irrégulière en France» de plus de vingt étrangers, ils encourront 10 ans de prison et 750'000 euros d'amende. Cette action était intervenue au lendemain d'une manifestation hostile aux migrants organisée samedi sur un col frontalier par le groupuscule d'extrême droite Génération identitaire.

Détenus dans un premier temps à la maison d'arrêt de Gap après une audience de comparution immédiate, au cours de laquelle ils avaient réclamé un délai pour préparer leur défense, les deux Genevois avaient été transférés à la prison de Marseille «par sécurité» afin d'éviter des débordements lors de manifestations en leur soutien.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!