Tragédie à Uitikon (ZH): La mère infanticide a tué ses jumelles dans une forêt
Publié

Tragédie à Uitikon (ZH)La mère infanticide a tué ses jumelles dans une forêt

Deux semaines après le drame, les proches de la famille ont enterré les petites de 4 ans. L’on ne sait toujours pas comment la meurtrière a commis l’irréparable avant de se suicider.

par
Evelyne Emeri
Le dimanche 9 août, la mère de famille de 30 ans a quitté son village de résidence allemand situé à environ une heure d’Uitikon Waldegg (ZH). C’est dans une forêt de la petite commune zurichoise qu’elle a ôté la vie à ses deux fillettes avant de se donner la mort. Les trois corps ont été retrouvés dans la BMW familiale le lendemain.

Le dimanche 9 août, la mère de famille de 30 ans a quitté son village de résidence allemand situé à environ une heure d’Uitikon Waldegg (ZH). C’est dans une forêt de la petite commune zurichoise qu’elle a ôté la vie à ses deux fillettes avant de se donner la mort. Les trois corps ont été retrouvés dans la BMW familiale le lendemain.

Facebook

«Il se passe des choses que nous ne pouvons pas comprendre», peut-on lire dans l’avis mortuaire. Plus loin: «Trop tôt pour vous, trop tôt pour nous, trop tôt pour tous ceux qui vous aiment. Le cœur lourd, nous devons vous dire au revoir. Vous nous manquerez à jamais.» «Blick» a rencontré brièvement les parents du papa des jumelles tuées par leur propre mère, peu après l’ensevelissement des défuntes. Ils sont dans une tristesse infinie, ils sont épuisés par la douleur. Ils sont dans l’incapacité de parler de la tragédie. Le choc est encore bien trop présent. Le traumatisme, auquel il faut ajouter l’incompréhension.

Comment a-t-elle tué ses petites?

La famille allemande était connue et appréciée dans son village. Les funérailles se sont déroulées à l’abri des regards et dans l’intimité des familles touchées par le drame. De nombreux habitants sont venus se recueillir au cimetière le lendemain de l’enterrement, ainsi que le raconte encore «Blick». Des fleurs ont également été déposées devant la maison familiale. Le Ministère public de Zurich confirme que la mère et les deux enfants ont passé la frontière suisse le dimanche 9 août. En revanche, aucun détail ne filtre du côté de la médecine légale s’agissant du mode opératoire utilisé par la maman infanticide pour commettre son acte.

Si les psychiatres ne voient pas ça, que voient-ils alors?

Une voisine

Pourquoi avoir choisi la petite commune zurichoise et la Suisse? Les enquêteurs parlent d’un pur hasard. Sans doute cherchait-elle un lieu non seulement isolé, mais également loin de son lieu d’habitation en Allemagne. Des voix s’élèvent contre les médecins qui n’ont pas su anticiper cette tragédie et évaluer le danger. Toujours selon le tabloïd alémanique, la trentenaire souffrait de troubles psychiatriques depuis longtemps et suivait un traitement. «Si les psychiatres ne voient pas ça, que voient-ils alors?» s’insurge une voisine. Apparemment, avant de prendre la route en direction la Suisse, elle venait de rendre visite à sa famille.

Déjà un incendie dans leur chambre

Début juin il y a déjà eu un incident qui interpelle désormais. Un incendie qui aurait pu tourner à la catastrophe s’est déclaré dans la chambre des jumelles. Une bougie était restée allumée et avait embrasé les rideaux puis un tapis.

Votre opinion

15 commentaires