21.05.2012 à 19:34

FranceLa ministre de la Justice témoin malgré elle d'une évasion

Un détenu de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne) a profité d'une permission de sortie, accordée pour un tournoi de basket à Paris auquel a assisté Christiane Taubira, pour s'évader.

La nouvelle ministre de la Justice française Christiane Taubira.

La nouvelle ministre de la Justice française Christiane Taubira.

Keystone

L'évadé est un ressortissant géorgien né en 1989, et condamné pour plusieurs faits de vols et recels. Il devait sortir de prison en juillet 2013, a précisé cette source, confirmant une information d'Europe 1.

Il disposait d'une permission de sortie jusqu'à 21 heures vendredi, mais «il ne s'est pas présenté» à la prison, ce qui correspond juridiquement à une évasion, a expliqué la source.

«Il va être inscrit au fichier des personnes recherchées, ce qui vaut mandat de recherche», a précisé la source. Pour sa première sortie en tant que ministre de la Justice, Christiane Taubira s'était rendue vendredi à un tournoi de basket réunissant des surveillants de prison et des détenus au palais omnisports de Paris-Bercy.

Ex-garde des Sceaux critique

Elle avait prôné à cette occasion «formation et réinsertion» des détenus. De son côté, l'eurodéputée Rachida Dati, ex-garde des Sceaux a jugé dans un communiqué qu'«il aurait été préférable que Madame Taubira, pour sa première sortie en tant que Garde des Sceaux, rencontre le personnel de l'administration pénitentiaire plutôt que de participer a une opération durant laquelle un détenu s'est évadé».

Cet événement annuel, le troisième du genre, s'inscrivait dans le cadre des «10 jours du basket à Paris». Selon l'administration pénitentiaire, 38 équipes de quatre joueurs, venues de 19 établissements pénitentiaires dans les régions de Dijon, Lille, Lyon, Marseille, Paris et Strasbourg, participaient à l'événement.

«La première visite de la garde des Sceaux a bien été comprise par les détenus: c'est le retour du laxisme, on ne craint rien», a ironisé le secrétaire national de l'UMP en charge de la sécurité, Bruno Beschizza.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!