Publié

GhanaLa ministre voulait gagner 1 million: virée!

Le président du Ghana a limogé sa ministre adjointe à la Communication vendredi, après la diffusion d'un enregistrement sonore dans lequel elle déclare vouloir continuer la politique jusqu'à ce qu'elle ait gagné un million de dollars.

Le président du Ghana ne veut pas s'entourer de ministre vénale.

Le président du Ghana ne veut pas s'entourer de ministre vénale.

AFP

Les médias locaux ont obtenu une cassette audio présentée comme étant un enregistrement de Victoria Hammah, l'ex-ministre déléguée à la Communication, dans lequel elle dit ne pas vouloir «quitter la politique avant d'avoir gagné un million de dollars». Elle y critique aussi une autre ministre déléguée. Le ministère de l'Information a annoncé son limogeage sans en donner les raisons, et aucun porte-parole du gouvernement n'a pu être joint.

La police avait arrêté le chauffeur de Victoria Hammah jeudi à Accra car la ministre s'était plainte qu'il l'enregistrait, a rapporté le porte-parole de la police, Freeman Tetteh.

«La ministre pense qu'il a effectué l'enregistrement», a déclaré Freeman Tetteh.

La police a relâché le chauffeur, qui est aussi le cousin de Victoria Hammah, après avoir conclu qu'il n'avait pas violé la loi.

«Il n'existe pas d'éléments criminels» dans le fait de procéder à un enregistrement, a ajouté Freeman Tetteh, selon qui l'enquête se poursuit.

Or, cacao et pétrole

Ce scandale intervient alors que le président John Dramani Mahama essaye de restaurer la confiance dans sa gestion du pays et de son économie, largement dépendante de ses exportations d'or, de cacao et de pétrole.

Depuis plusieurs mois, les déficits publics explosent, poussant l'agence de notation Fitch à abaisser la note du Ghana le mois dernier de «B+» à «B».

Le Ghana, deuxième producteur d'or d'Afrique et deuxième producteur de cacao du monde, a connu depuis le début de la production locale de pétrole en 2010 une croissance économique spectaculaire, de 14% en 2011, puis de 7,9% en 2012.

Mais les revenus du pétrole, qui ont atteint 541 millions de dollars l'année dernière, ne représentent que la moitié de ce que le gouvernement espérait en tirer.

(AFP)

Votre opinion