27.12.2018 à 20:35

FootballLa moitié des bistros espagnols jouent aux «pirates»

Une vaste enquête de police le démontre: dans 48% des cas, les cafetiers diffusent les matches dans l’illégalité.

par
Simon Meier
Keystone

Dans le football, l’argent est plus que jamais le nerf de la guerre. Au cœur du combat, on trouve les droits télévisuels et toutes les juteuses recettes qui doivent en découler… ou pas. Une vaste enquête de police vient par exemple de démontrer qu’en Espagne, près de la moitié des établissements publics qui diffusent des matches de la Liga le font de manière illicite, voire totalement illégale.

Alertée par plusieurs instances dont la Ligue espagnole de football, l’Unité centrale de cyberdélinquance de la police nationale vient de publier les résultats d’une opération lancée dans les bistros du pays. L’opération, qui a donné lieu à des descentes dans près de 2000 établissements, indique que plus de 900 procédaient à l’aide de décodeurs «pirates» et/ou sans s’acquitter des frais prévus. Le tout pour une perte totale estimée à quelque 400 millions d’euros. Une manne que La Liga et son bouillant président Javier Tebas ont très envie de récupérer.

Que les fraudeurs le sachent: leurs jours sont comptés et l’étau se resserre. Dans les cas les plus graves, le Code pénal espagnol prévoit des peines pouvant aller jusqu’à quatre ans d’emprisonnement pour ce type de délit.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!