Coronavirus - La moitié des Européens vaccinés, le Covid de retour à Wuhan
Publié

CoronavirusLa moitié des Européens vaccinés, le Covid de retour à Wuhan

La moitié de la population de l’UE est désormais complètement vaccinée contre le Covid-19, alors que Pékin a décidé de dépister tous les habitants de la ville où la maladie était apparue, Wuhan, touchée par quelques nouveaux cas.

Depistage à Wuhan, le 3 août 2021.

Depistage à Wuhan, le 3 août 2021.

AFP

Au moment où le variant Delta, hautement contagieux, pousse un nombre croissant de pays à imposer de nouvelles restrictions, 223,8 millions de citoyens de l’Union européenne ont reçu deux doses de vaccin, une seule dose après avoir guéri ou un vaccin à dose unique, selon un comptage réalisé par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 11 h 00 GMT (13 h 00 en Suisse).

Sur l’ensemble de la planète, la pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 4’238’582 morts et contaminé près de 200 millions de personnes, selon un bilan établi par l’AFP. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le bilan pourrait être deux à trois fois plus élevé. La résurgence du virus, qui frappe des pays qui pensaient avoir surmonté le pire, est favorisée par des taux de vaccination en baisse et de nouvelles mutations plus dangereuses.

Variant Delta en Chine

La Chine, où l’épidémie était apparue fin 2019 dans la métropole de Wuhan (centre), pensait l’avoir pratiquement éradiquée, ne relevant plus aucune contamination locale depuis des mois. Les habitants avaient renoué avec une vie normale et l’économie avait rebondi.

Le regain épidémique touche désormais des dizaines de villes chinoises. La souche Delta se répand à travers le pays après avoir contaminé des employés nettoyant des avions à l’aéroport de Nankin (est).

À Wuhan, première ville du monde à avoir été placée en quarantaine dès le 23 janvier 2020, et pour 76 jours, l’ensemble des 11 millions d’habitants vont être dépistés. À travers la Chine, le régime communiste a ressorti un arsenal de mesures radicales similaires à celles de début 2020, avec le confinement de certaines villes, une limitation des déplacements et un dépistage généralisé.

En Australie, des militaires ont été déployés dans les rues de Sydney (sud-est), la plus grande ville du pays, entrée dans sa sixième semaine d’un confinement prévu jusqu’à la fin du mois. Les autorités s’efforcent de freiner la propagation du variant Delta. Plus de 3600 cas ont été enregistrés dans l’agglomération depuis mi-juin. Seulement environ 15% de la population australienne, qui compte 25 millions d’habitants, a reçu deux doses de vaccin et la stratégie des autorités consiste à confiner afin de limiter la propagation du virus.

Celui-ci continue de toucher des pays où les programmes de vaccination ont été relativement efficaces. Aux États-Unis, frappés par une nouvelle vague liée au variant Delta, les hospitalisations atteignent ainsi des niveaux comparables à ceux du pic de l’été dernier.

Pour contenir cette résurgence du virus, New York, l’un des premiers épicentres de la pandémie dans le pays, a annoncé mardi que serait désormais exigée une preuve de vaccination pour se rendre au restaurant, dans les salles de spectacle et celles de sport, avec de premiers contrôles prévus mi-septembre. Les États-Unis avaient atteint la veille, avec un mois de retard, l’objectif fixé par le président Joe Biden de 70% d’adultes ayant reçu au moins une dose de vaccin. À New York, ce taux s’élève à 71,8%, selon la mairie.

Impossible d’éradiquer le virus

Le ralentissement de la campagne de vaccination américaine au printemps, en particulier dans les régions traditionnellement conservatrices du Sud et du Midwest, ainsi que parmi les populations les plus jeunes, paupérisées, et les minorités ethniques avait empêché le pays d’atteindre cet objectif. Les États-Unis ont cependant observé un rebond du taux de vaccination ces dernières semaines, notamment dans les régions les plus touchées par la flambée de l’épidémie.

Face au variant Delta, certains pays ont d’ailleurs commencé à proposer une dose de rappel de vaccin. Selon des laboratoires, une injection supplémentaire assure une protection immunitaire renforcée, notamment vis-à-vis du variant Delta.

L’Allemagne a annoncé lundi qu’elle allait proposer dès le 1er septembre l’administration d’une dose de rappel aux populations âgées et vulnérables, ainsi qu’aux personnes n’ayant pas reçu de vaccin à ARN messager. Cette décision est «dans l’intérêt des soins de santé préventifs», a souligné le ministère de la Santé.

La Suède a elle aussi indiqué prévoir de proposer une dose de rappel à «une grande partie de la population» en 2022, même si elle pourrait commencer par des populations vulnérables dès l’automne. «Notre évaluation est qu’il n’est pas possible d’éradiquer le virus et que le travail de vaccination devrait donc être à long terme et centré sur la réduction des maladies graves et de la mortalité», a souligné l’épidémiologiste en chef suédois, Anders Tegnell.

(AFP)

Votre opinion

7 commentaires