Jura: La momie masculine est morte assassinée!

Publié

JuraLa momie masculine est morte assassinée!

Douze siècles après son décès, un quadragénaire momifié et conservé à Delémont au Musée jurassien d’art et d’histoire a révélé le secret de sa mort à une équipe internationale de chercheurs.

par
Vincent Donzé
La momie masculine du Musée jurassien d’art et d’histoire a terminé sa vie brutalement.

La momie masculine du Musée jurassien d’art et d’histoire a terminé sa vie brutalement.

MJAH/Pierre Montavon

On lui a brisé le cou! Douze siècles après son décès, un quadragénaire momifié et conservé à Delémont au Musée jurassien d’art et d’histoire a révélé le secret de sa mort à une équipe internationale de chercheurs intéressés par les momies précolombiennes, comme l’a rapporté «Le Quotidien Jurassien».

Une étude publiée dans la revue médicale «Frontiers in Medicine» dévoile le pot aux roses, grâce à un scanner 3D. Selon des analyses précédentes réalisées en 2016, son visage était fracturé, mais les chercheurs ignoraient alors si ces fractures étaient survenues avant ou après la mort de l’individu, lors d’un pillage de sépultures. L’imagerie 3D a fourni la réponse: quelques années avant sa mort, l’homme a subi une attaque à la hache!

Une équipe internationale de chercheurs l’a ausculté avec un scanner 3D.

Une équipe internationale de chercheurs l’a ausculté avec un scanner 3D.

MJAH/Pierre Montavon

Pour les scientifiques, ces informations en disent long sur la violence présente dans les sociétés précolombiennes. Les deux momies jurassiennes proviennent du sud du Pérou, où l’aridité du climat a favorisé une momification naturelle, selon le «QJ».

Les momies de Delémont sont un legs du collège en 1996. La conservatrice Nathalie Fleury a remonté la piste d’un médecin naturaliste dénommé Johann Jakob von Tschudi, engagé à 20 ans au Musée d’histoire naturelle de Neuchâtel, en 1838, pour faire un tour de monde et ramener des animaux. Son bateau ayant été saisi à Lima, il a en cinq ans envoyé 16 momies en Europe.

La restauratrice d’art Martine Rochat et le collaborateur technique du MJAH Romain Paroz sont heureux de connaître l’épilogue.

La restauratrice d’art Martine Rochat et le collaborateur technique du MJAH Romain Paroz sont heureux de connaître l’épilogue.

MJAH/Pierre Montavon

La momie féminine conservée à Delémont est morte entre 20 et 30 ans. Elle a vécu au XIIIe siècle et sa mort est naturelle, selon les chercheurs. L’espérance de vie n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui…

Ton opinion

5 commentaires