Enchères - La «Mona Lisa Hekking» vendue pour plus de trois millions de francs
Publié

EnchèresLa «Mona Lisa Hekking» vendue pour plus de trois millions de francs

Copie de la «Joconde», la «Mona Lisa Hekking» a été vendue chez Christie’s, pour 3,17 millions de francs. Un collectionneur étranger a emporté l’enchère en ligne.

Sans les frais, la «Mona Lisa Hekking» a atteint 2,63 millions de francs, très au-dessus de l’estimation de départ (de 219’000 à 329’000 francs).

Sans les frais, la «Mona Lisa Hekking» a atteint 2,63 millions de francs, très au-dessus de l’estimation de départ (de 219’000 à 329’000 francs).

Reuters

La «Mona Lisa Hekking», célèbre réplique du XVIIe siècle que son propriétaire, Raymond Hekking, avait défendue comme authentique dans les années 1960, s’est envolée pour atteindre, frais compris, 2,9 millions d’euros (3,17 millions de francs) lors d’une vente aux enchères en ligne chez Christie’s. Signe que la fascination autour de la Joconde de Léonard de Vinci exposée au Louvre ne faiblit pas, cette copie d’excellente facture a été acquise par un collectionneur étranger, alors que quatorze enchérisseurs se sont manifestés.

La vente sur le site internet de Christie’s avait démarré il y a une semaine. Sans les frais, le montant atteint 2,4 millions d’euros (2,63 millions de francs), très au-dessus de l’estimation de départ de lœuvre entre 200’000 et 300’000 euros (de 219’000 à 329’000 francs).

Acheté près de Nice

Ce tableau avait fait la Une des journaux et des radios jusqu’aux États-Unis, après avoir été acquis auprès d’un antiquaire dans la région de Nice par Raymond Hekking. Collectionneur passionné d’art, il avait donc défendu l’authenticité de ce tableau auprès des historiens d’art et des médias jusque dans les années 1960. Il mettait en doute celle du tableau conservé au Louvre et demandait au musée de prouver que Léonard de Vinci était bien l’auteur de cette toile.

Obsédé par l’idée qu’il possédait le chef-d’œuvre, il pensait que ce n’était pas l’authentique Joconde qui avait été restituée au Louvre en 1914, trois ans après le vol de ce tableau, en 1911, par l’Italien Vincenzo Perugia, et qu’on avait mis à sa place une copie. Après la mort de Raymond Hekking en 1977, le tableau était resté dans sa famille.

La «Mona Lisa» était entrée dans les collections de Francois Ier, peu après 1517. Plusieurs copies ont ensuite été réalisées dès le début du XVIIe siècle, dont celle qu’avait acquise Raymond Hekking.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires