Hockey sur glace: La montée en puissance de «JvP» est réelle
Publié

Hockey sur glaceLa montée en puissance de «JvP» est réelle

Dans le Seeland, cela fait environ six mois que tout le monde se pose des questions sur la succession de Jonas Hiller. Il n’y aura probablement jamais de réponse. Mais, c’est sûr, Joren van Pottelberghe a récemment franchi un palier.

par
Grégory Beaud, Bienne

Joren van Pottelberghe a probablement l’une des successions les plus pénibles à opérer dans l’histoire du hockey suisse. Remplacer celui qui a permis au HC Bienne de devenir un club de l’élite de National League. La plus dure? Presque, juste derrière la succession McSorley à Genève et la succession Del Curto à Davos. Alors à chaque but encaissé, la comparaison n’est pas à son avantage parce que, dans l’imaginaire collectif, l’ancien gardien international arrêtait à peu près tout. Le pauvre «JvP» a dû se coltiner les nombreuses remarques quant à ses performances mises en parallèle avec celles de Jonas Hiller. Et en début de saison, cette comparaison faisait mal.

Depuis un mois environ, «JvP» a visiblement franchi un palier. De gardien peu sûr et sous la menace d’Elien Paupe sa doublure, l’ancien portier de Davos a passé au statut de gardien capable de gagner des matches à lui seul. En National League, ce n’est pas donné à tout le monde. Une caste composée des Genoni, Berra ou Stephan peut prétendre en faire partie depuis suffisamment longtemps. Les prestations encourageantes voire franchement bonnes se sont succédées pour le gardien seelandais.

But de raccroc

Dimanche face à Rapperswil, il a «volé» un de ses premiers matches de la saison. Après l’ouverture du score seelandaise, les Saint-Gallois se sont démenés pour égaliser. Mais le dernier rempart a sans cesse dit «Nein». Tout en sobriété, van Pottelberghe a aligné les parades de grande classe. La plus impressionnante? Celle sur ce Gian-Marco Wetter, seul face au filet désert. Alors certes, le jeune attaquant a «voilé» son shoot. Mais c’est aussi à cause des prouesses du gardien seelandais. Il avait gagné le match face aux attaquants adverses depuis un certain temps. L’égalisation de Rapperswil? Un but de raccroc. Pour le reste, l’homme aux grandes jambières a fait tout juste.

Le premier «vol» de la saison? Très probable, oui. Non pas qu’il n’avait pas été bon jusque là. Mais pour gagner un match, il faut aussi pouvoir compter sur des attaquants efficaces. Ce fut le cas au meilleur des moments avec un Toni Rajala avec la verve retrouvée (lire ci-dessous).

Grâce à cette semaine à neufs points, Bienne est de retour dans la course au Top 8. Doucement (mais sûrement), les Seelandais ont repris le contrôle après un début d’exercice raté. Pour y parvenir, les hommes de Lars Leuenberger ont pu s’appuyer sur un Joren van Pottelberghe solide comme rarement depuis le début de saison. On n’aura probablement jamais la réponse à la question de savoir s’il est capable de faire oublier Jonas Hiller. Mais est-ce vraiment si important?

Retrouvez le résumé de la victoire du HCB contre les Lakers dans la vidéo ci-dessous:

Toni Rajala: «J’espère que la confiance reviendra»

Toni Rajala  inscrit le but de la victoire en fin de rencontre

Toni Rajala inscrit le but de la victoire en fin de rencontre

Marc Schumacher/freshfocus

Le tir est précis. Il part sèchement de la canne de Toni Rajala pour inscrire le but de la victoire. Lors des précédentes saisons, cette phrase aurait semblé naturelle. Presque banale. Mais pas lors de l’exercice 2020-2021. Le serial buteur de la Tissot Arena patine avec un «singe sur le dos», comme on dit en anglais. Une sinistrose qui l’a rendu muet durant neuf matches. Une éternité (et demie) pour celui qui marque des buts plus naturellement qu’il ne respire. Alors au moment de revenir sur cette réussite décisive, il ne cachait pas sa joie.

Toni Rajala, qu’est-ce qui est le plus important: avoir mis un terme à votre série de neuf matches sans buts ou que les journalistes arrêtent de vous parler de votre série de neuf matches sans buts?

(rires) Disons un peu des deux. Mais il est vrai que cette situation commençait à devenir pesante. Lors de ce match contre Rapperswil, c’était un peu le même schéma qui se reproduisait. Je me suis créé de nombreuses occasions de but. Lors de la première période, j’aurais pu en mettre trois ou quatre. Au minimum. Mais quand ça ne veut pas, on ne peut finalement pas faire grand-chose. Il faut continuer de travailler et espérer que cela tombe à un moment ou l’autre.

En l’occurrence c’est tombé au meilleur des moments pour donner la victoire à votre équipe.

En effet, c’était important de marquer à cet instant. J’aime ce genre de matches très serrés. Mais au-delà de cette victoire, c’était une semaine importante pour nous et, avec trois victoires, nous avons parfaitement répondu présent. Ces neuf points étaient importants pour nous relancer.

A titre personnel, comment avez-vous vécu cette période?

J’espère surtout que c’est derrière moi. Que ce but me redonne confiance et me donne envie de shooter et de marquer des buts de manière plus facile que ces derniers temps. J’espère que grâce à ce but, la confiance reviendra.

Vous souvenez-vous d’une telle série de matches sans marquer?

Je ne sais pas, pour être honnête. Mais peut-être qu’une série aussi longue n’a jamais existé dans ma carrière. C’est probablement l’une des plus longues, je peux vous l’assurer. En tout cas je l’ai vécue comme cela (rires)… Mais parfois il faut accepter. C’est une bonne chose que d’autres gars ont fait le job en marquant des buts à ma place. Mais actuellement, c’est forcément une super sensation d’avoir aidé mon équipe à gagner. J’espère continuer ce mardi face à Davos.. En tout cas je ne vais pas m’arrêter de shooter.

Votre opinion

2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Un biennois perdu

19.01.2021, 11:57

Hiller, les fans comme moi le remercieront jamais assez pour ce qu'il a fait pour le HCB, mais faut pas oublier Berra avant et puis la dernière saison a été quelque fois compliquée, plus aussi souverain que les premières le Jonas. JvP ? donnez lui du temps, si on arrive jusqu'au play off ça pourrait être la classe !

Nb1

18.01.2021, 17:36

Petite oublie de Descloux à Genève qui a le meilleur pourcentage d’arrêt et loin devant le gardien des pêcheurs et des dzos