La NASA bloque une vente aux enchères de cafards

Publié

InsoliteLa NASA bloque une vente aux enchères de cafards

L’agence spatiale veut récupérer de la poussière de Lune qui avait été testée sur des insectes: les deux ont été mis en vente alors qu’ils appartiennent toujours à la NASA.

par
Michel Pralong
Les restes des cafards qui ont servi à vérifier que la poussière lunaire n’est pas dangereuse.

Les restes des cafards qui ont servi à vérifier que la poussière lunaire n’est pas dangereuse.

RR Auction

La NASA veille au grain lorsqu’il s’agit d’objets rapportés de ses expéditions lunaires. Tous sont censés lui appartenir et il est exceptionnellement rare que l’un d’entre eux se retrouve dans une vente aux enchères. Mais ce que proposait à la vente la maison RR Auction ne semblait pourtant pas venir de la Lune: trois cafards. Ou pour être plus précis, trois cadavres de cafards.

Il n’y a certes pas de cafards sur la Lune et ces insectes n’étaient pas des passagers clandestins d’Apollo 11. Mais ils ont bien un rapport avec cette mission qui a emmené pour la première fois des hommes sur la Lune. Ils ont testé de la poussière lunaire ramenée par les astronautes.

À l’époque, la NASA avait envoyé un échantillon de poussière de Lune à l’Université du Minnesota afin de tester si elle pouvait représenter un danger pour des organismes vivants. Deux kilos de ces poussières ont été utilisés sur la vie aquatique, des microbes et des insectes, dont les trois fameux cafards. La poussière leur était soit donnée mélangée à de la nourriture, soit injectée, soit on faisait marcher les animaux dedans, explique LiveScience. Aucun animal n’a subi de séquelles suite à ces expériences: la poussière lunaire semble donc inoffensive.

L’entomologiste a tout gardé chez elle

L’échantillon de poussière ainsi que les cafards étaient sous la responsabilité de l’entomologiste de l’Université du Minnesota, Marion Brooks. Qui aurait dû le rendre à la fin de ses recherches ou détruire les restes de cafard, qui avaient été tué pour être analysés. Mais elle les a au contraire gardés chez elle. Sa fille les a ensuite vendus plusieurs années après la mort, en 2007, de sa mère. C’est ainsi que se sont retrouvés mis aux enchères 40 mg de poussière de Lune, les cadavres de trois cafards ainsi que des dizaines de lames de microscope ayant servi pour les expériences. Le tout pour une valeur estimée à 400 000 dollars (382 000 francs). Tout de même!

Mais le 15 juin dernier la NASA a envoyé une lettre à la maison d’enchères basée à Boston en disant que tout ce matériel lui appartenait et qu’il fallait donc le retirer de la vente et le lui rendre. «Aucune personne, université ou autre entité n’a jamais été autorisée à conserver ces échantillons après analyse, destruction ou autre utilisation à quelque fin que ce soit, en particulier à les vendre ou à les exposer individuellement», écrit l’agence spatiale.

Le lot a été retiré de la vente qui s’est terminée le 23 juin et l’avocat de la maison d’enchères dit qu’il est en contact avec la NASA pour voir comment satisfaire ses demandes.

Ton opinion