Publié

Avant-premièreLa neige salue la sortie de la série «Wilder», saison 3

La météo et la pandémie ont contrarié le tournage de six épisodes à La Chaux-de-Fonds et à La Brévine, sans empêcher leur diffusion dès ce lundi soir sur la plateforme de streaming Play Suisse.

par
Vincent Donzé
Dans les Montagnes neuchâteloises, Sarah Spale (alias Rosa Wilder) et Marcus Signer (Manfred Kägi) ont mis leurs habits d’hiver.

Dans les Montagnes neuchâteloises, Sarah Spale (alias Rosa Wilder) et Marcus Signer (Manfred Kägi) ont mis leurs habits d’hiver.

obs/SRG SSR

La série policière suisse «Wilder» poursuit son chemin sur les premières chaînes de la SSR, avec une saison 3 diffusée ce lundi à 20 h sur la plateforme de streaming Play Suisse. Pour cette avant-première, les six épisodes sont visibles en trois langues.

Contrairement au passage de 2020 à 2021, la neige a manqué l’an dernier à la même époque, dans les Montagnes neuchâteloises. Si elles n’ont pas empêché cette production alémanique, la météo et la pandémie ont compliqué son tournage à La Chaux-de-Fonds, au Locle et à La Brévine, avec des reports qui ont provoqué un décalage dans les saisons.

Habits chauds

Les scènes qui devaient être tournées au printemps l’ont été à la saison d’été, après le premier semi-confinement. Comme le troisième volet de la série se déroule en hiver, les acteurs ont porté des habits chauds même pour les scènes tournées l’intérieur, quand le thermomètre affichait 25 degrés.

Ce sont 100 000 francs qui ont été investis dans un dispositif sanitaire strict, respectés par Sarah Spale (alias Rosa Wilder) et Marcus Signer (Manfred Kägi) mais aussi par tous les figurants soumis à des prises de température corporelle, en sus de l’obligation de porter un masque.

Accident de nuit

L’ancienne usine Dixi a servi de décor au Locle, tout comme l’hôpital de La Chaux-de-Fonds et le Musée international d’horlogerie. Un accident a été filmé de nuit sur la route de la Combe-Girard, entre Le Locle et La Sagne.

Le scénario qui prévoyait de rudes conditions hivernales a été adapté à la réalité météorologique. L’action se déroule dans des lieux fictifs: les communes des Montagnes neuchâteloises n’apparaîtront pas nommément, comme pour la saison 2, tournée dans le Jura.

Tueur en série

Le pitch? Après le premier cas mystérieux survenu dans son village natal d’Oberwies et le deuxième où elle hérite d’un triple meurtre au cœur du Jura bernois, l’inspectrice Rosa Wilder et l’agent de police judiciaire fédérale Manfred Kägi traquent un tueur en série qui s’en prend aux brebis galeuses des forces de police.

«Cette troisième saison, tournée à La Chaux-de-Fonds et à La Brévine, est encore plus sombre que les deux premières», promettent les réalisateurs. L’histoire est racontée pour la première fois dans le style d’un thriller.

Les six épisodes ont à nouveau été produits par Beat Lenherr (Panimage) et Peter Reichenbach (C-Films AG), les scénarios ont été imaginés par Béla Batthyany et mis en scène par Jan-Eric Mack. La diffusion télévisée démarrera sur RTS1 jeudi 7 janvier, à 21 h 05.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
2 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Tschaftl

04.01.2021 à 21:27

Ils ont aussi tourné dans la Villa Gallet construit par le grand architecte René Chapallaz qui a été l'architecte-chef des 3 premières maisons de Charles-Edouard Jeanneret - Le Corbusier !

Bobo70

04.01.2021 à 18:42

Content de voir nos montagnes Neuchâteloises ! En plus , ils ont logés en partie à la Ferme des Arêtes 👍