La Chaux-de-Fonds - La neige tombée du toit défonce la voiture d’une Belge
Publié

La Chaux-de-FondsLa neige tombée du toit défonce la voiture d’une Belge

Une automobiliste du Plat Pays ne parvient pas à être dédommagée par des propriétaires qui se rejettent la… boule!

par
Vincent Donzé
Le 26 mars dernier, on déneigeait encore les toits à La Tchaux

Le 26 mars dernier, on déneigeait encore les toits à La Tchaux

Lematin.ch/Vincent Donzé

Grâce au média «Arcinfo», on apprend la mésaventure d’une Belge, survenue dès son premier hiver à La Chaux-de-Fonds, à mille mètres d’altitude. «J’ai retrouvé ma voiture défoncée» par la neige tombée d’un toit, a-t-elle rapporté. Problème: les propriétaires des deux immeubles concernés refusent de faire marcher leur assurance.

La voiture a été endommagée à la rue du Soleil. Sa propriétaire de 35 ans avait résilié sa casco partielle, sa voiture étant «déjà toute cabossée», lorsque le 22 janvier, elle a découvert sa Renault Scenic les deux phares avant brisés, ainsi que le pare-brise, le capot démonté et le toit en creux. «Les lampes du plafonnier pendaient et l’eau coulait à l’intérieur», rapporte «Arcinfo».

«Attention – Chute de neige et glace!»

«Attention – Chute de neige et glace!»

Lematin.ch/Vincent Donzé

«J’ai d’abord cru que quelqu’un était venu défoncer ma voiture», a témoigné l’ergothérapeute belge. Des réparations urgentes ont été effectuées pour 1700 francs. Un devis de 5600 francs a été établi, mais les propriétaires des deux immeubles se rejettent toute responsabilité.

À La Tchaux, les toits sont généralement équipés de barrières anti-avalanche. Une propriétaire assure avoir sollicité une entreprise de déneigement. L’autre dénonce sa «mauvaise foi», convaincu que la neige venait du toit de sa voisine. «J’avais le droit d’être garée là», a plaidé en vain l’automobiliste belge.

Le parcage suit des règles précises dans la métropole horlogère, ici en le 18 novembre 2019

Le parcage suit des règles précises dans la métropole horlogère, ici en le 18 novembre 2019

Lematin.ch/Vincent Donzé

Sauf que… La Chaux-de-Fonds a ses us et coutumes: les abondantes chutes de neige survenues juste avant l’incident ne parlent pas en faveur de la lésée. À la rigueur, selon la configuration du lieu, un juge peut estimer que la pose de barrières au sol ou d’un panneau «danger» s’avérait nécessaire.

Entre le 20 et le 22 janvier dernier, il était bien difficile pour les entreprises spécialisées de déneiger tous les toits en même temps, tant les chutes de neige étaient abondantes. Par son témoignage, la conductrice belge espère trouver un arrangement à l’amiable.

Votre opinion

15 commentaires