17.01.2012 à 13:51

RaffinerieLa note de Petroplus a été dégradée de trois crans

La note du raffineur suisse en difficulté a été dégradée à "CC" par l'agence de notation Standard & Poor’s en raison d'un risque accru de défaut de paiement.

Petroplus possède notamment la raffinerie de Cressier, dans le canton de Neuchâtel.

Petroplus possède notamment la raffinerie de Cressier, dans le canton de Neuchâtel.

Reuters

L’agence de notation Standard & Poor’s (S&P) a annoncé mardi avoir dégradé de trois crans à "CC" la note de dette à long terme du raffineur suisse en difficulté Petroplus, en raison d’un risque accru de défaut de paiement.

La note, qui correspond aux émetteurs spéculatifs pour lesquels le non-remboursement semble probable, a été placée sous surveillance négative et pourrait être encore revue à la baisse, a précisé S&P.

Défaut de paiement probable

Selon l’agence de notation, un défaut de paiement de Petroplus est probable "à court terme", puisque le groupe a décidé de ne garder en activité limitée que deux raffineries et que trois autres installations sont actuellement à l’arrêt.

"Les activités réduites de la société ne vont pas couvrir ses coûts fixes élevés et le paiement des intérêts dus en mars, avril et mai", a ajouté l’agence dans un communiqué. Cette dernière a également exprimé ses craintes quant au niveau des liquidités du groupe.

Le 27 décembre 2011, le premier raffineur indépendant d’Europe avait annoncé qu’il s’était vu refuser une ligne de crédit de 1 milliard de dollars jugée "indispensable" au bon fonctionnement de ses opérations d’achat de brut.

Lignes de crédit gelées

La situation était devenue critique à partir du 5 janvier. La société avait alors indiqué que les banques avaient gelé toutes les lignes de crédit. Ces difficultés financières ont provoqué la fermeture de certaines de ses raffineries en Europe.

Le groupe a décidé l’arrêt "temporaire" des raffineries de Petit-Couronne (France), Anvers (Belgique) et Cressier (Suisse) et le placement en "débit minimum" de celles de Coryton (Grande-Bretagne) et Ingolstadt (Allemagne).

Accord "provisoire"

Petroplus a annoncé mercredi soir avoir trouvé un "accord provisoire" avec ses créanciers, incluant l’obtention de fonds pour financer ses dépenses essentielles et garantir la sécurité des opérations dans les raffineries de Coryton et d’Ingolstadt.

Le groupe suisse a par ailleurs annoncé qu’il était en négociation avec "une tierce partie concernant l’alimentation en pétrole brut et en matières premières pour les raffineries de Coryton et Ingolstadt".

S&P craint cependant que Petroplus demande une mise en faillite, si le groupe ne trouve pas rapidement des sources de financement alternatives.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!