Publié

Première mondialeLa nouvelle Polo va encore faire croître VW

Deuxième au palmarès des ventes de son segment en Europe, troisième en Suisse, la VW Polo entend bien conforter sa place grâce à sa neuvième génération. Prix, écologie et équipement sont ses atouts.

par
Gil Egger
Wolfsburg
Elle ne sera disponible qu'en avril, la nouvelle Volkswagen Polo, mais l'avant-première mondiale dévoilait à la fois ses ambitions et ses avancées technologiques.

Elle ne sera disponible qu'en avril, la nouvelle Volkswagen Polo, mais l'avant-première mondiale dévoilait à la fois ses ambitions et ses avancées technologiques.

DR

Au siège de la marque Volkswagen, au cœur d'Autostadt à Wolfsburg, le pavillon réservé à l'avant-première mondiale de la VW Polo paraît modeste. Il faut dire que cet ensemble voué à l'automobile a une taille gigantesque. Les ambitions que porte la nouvelle venue s'appuient sur un succès considérable: à ce jour, 14 millions de Polo ont été vendues dans le monde. Dire qu'elle est un best-seller est un euphémisme…

En Suisse, elle occupe le troisième rang de la statistique 2013, derrière la Golf, la Skoda Octavia et la BMW Série 3. Elle a bien l'intention de conforter sa place! Sur le plan européen, c'est clairement la première des citadines qu'elle vise, l'objectif de détrôner la Ford Fiesta paraissant accessible.

En fait de neuvième génération, on aurait pu parler de huitième et demie! Car la base reste la même. Mais les profondes mutations subies par les moteurs, l'équipement et le design justifient cette appellation. Comme pour la Golf, point de révolution stylistique, mais une évolution vers davantage de tempérament et de dynamisme. Sur le plan stratégique, les nouveaux équipements, la qualité des moteurs et les prestations de sécurité auraient pu engendrer des augmentations de tarif. Il n'en est rien, en Suisse le prix d'entrée a même été abaissé de 200 fr. à 15 500 fr.

Moteurs moins gourmands

L'évolution la plus spectaculaire s'observe dans la gamme des moteurs, entièrement restructurée. Ils respectent tous la norme EURO6 et les consommations baissent jusqu'à 21%. Le diesel le plus remarquable enregistre ainsi 3,2 l/100 km, celui à essence 4,1 l/100 km, à savoir 82 g/km et 94 g/km de CO2. Tous ceux qui développent 90 ch ou davantage sont disponibles avec le système Start/Stop d'arrêt au feu rouge, ils peuvent également récupérer l'énergie en décélération. Ce nouveau TSI à essence porte pour la première fois le label BlueMotion, que VW n'affichait que sur ses diesels à l'appétit le plus frugal. Il sera vendu dès cet automne, il s'agit du premier trois cylindres turbo à injection directe, celui qu'il remplace consommait 4,9 l/100 km pour 112 g/km d'émission de CO2. On mesure le progrès parcouru…

Toutes les autres motorisations ont subi des améliorations qui vont dans le même sens. La gamme s'enrichira d'une BlueGT de 150 ch-110 kW (10 de plus que la précédente), qui peut désactiver deux de ses quatre cylindres. Puis une GTI, indispensable au catalogue, qui passe de 180 ch-132 kW à 192 ch-141 kW. Côté diesels, VW simplifie: ils sont tous à trois cylindres, avec un volume de 1400 cm3. Leur puissance ne change pas, elle a trois niveaux; 75 ch-55 kW, 90 ch-66 kW et 105 ch-77 kW. L'évolution principale a porté sur un couple disponible à plus bas régime et un effort considérable sur le bruit. Ils sont dotés plus équilibrés, ils ont des suspensions et un coffrage spécifique pour minimiser leurs vibrations. L'abaissement de la consommation est spectaculaire, le «petit» 75 ch, déjà peu gourmand à 3,4 l/100 km, descend à 3,2 l/100 km, son frère de 90 ch fait encore mieux en passant de 4,3 à 3,4 l/100 km.

L'électronique évolue

Le choix des équipements franchit un palier. Cela commence avec les aides à la conduite. La direction électromécanique gagne en précision. Le châssis sport optionnel se commande par une simple touche au tableau de bord, ce qui augmente l'efficacité et la dureté. Un régulateur de vitesse adaptatif de dernière génération assure une distance de sécurité prédéfinie avec le véhicule précédent et, avec la boîte automatique à double embrayage DSG, va jusqu'à l'arrêt. Ce qui permet de supporter les bouchons en toute décontraction!

La VW Polo est dotée d'un capteur de radar pour surveiller le véhicule précédent. En cas de danger de collision, l'intervention commence par un avertissement et, si aucune réaction ne survient, va jusqu'à initier le freinage. Le freinage d'urgence en ville, jusqu'à 30 km/h, raccourcit ces étapes et évite ou diminue la conséquence d'un choc. Le freinage multicollision intervient automatiquement en cas d'accident afin d'éviter ou minimiser les impacts successifs. Enfin, le détecteur de fatigue surveille le comportement de celui ou celle qui tient le volant et suggère une pause-café… répétée après quinze minutes s'il n'y a pas de réaction.

Pour répondre aux exigences du jour, un nouveau système MirrorLink a été mis au point, avec une soixantaine d'entreprises. Il complète «l'infodivertissement» en assurant un mariage étroit avec les applications des smartphones, du moins celles qui sont compatibles avec la tenue d'un volant! Un réceptacle adéquat relie l'antenne du téléphone à celle de la voiture pour améliorer la réception.

Awag prend de l'ampleur

Votre opinion