Météo: La nuit la plus froide de l’année au sud des Alpes et en Engadine
Publié

MétéoLa nuit la plus froide de l’année au sud des Alpes et en Engadine

Il a fait un froid de canard durant la nuit du 30 au 31 décembre dans plusieurs régions de Suisse avec notamment une chute du mercure jusqu’à -24 degrés à Samedan, dans les Grisons.

Cela fait huit ans qu’il n’avait plus fait aussi froid dans la plaine de Magadino au Tessin, où le thermomètre affichait un sympathique -11 degrés dans la nuit du 30 au 31 décembre.

Cela fait huit ans qu’il n’avait plus fait aussi froid dans la plaine de Magadino au Tessin, où le thermomètre affichait un sympathique -11 degrés dans la nuit du 30 au 31 décembre.

Archives/Keystone

La nuit la plus froide de l’année a été enregistrée durant la nuit du 30 au 31 décembre au sud des Alpes et en Engadine. La température a plongé à -24 degrés à Samedan (GR) et à -11 dans la plaine de Magadino (TI).

Le mercure n’était plus descendu aussi bas depuis huit ans dans la plaine de Magadino, a indiqué jeudi MeteoSuisse sur Twitter. Les -24 degrés mesurés à Samedan constituent eux un record pour 2020 au niveau suisse. La température la plus élevée, 36,5 degrés, avait été mesurée à Bâle.

Les précipitations ont, elles, été très inégalement réparties cette année selon les régions, note MeteoSuisse. Elles ont été les plus faibles en Valais central (545 millimètres) et les plus abondantes dans le Val Maggia, au Tessin (1500 à 2000 millimètres).

S’agissant des durées d’ensoleillement, les différences entre le nord et le sud ont été moins marquées que d’habitude. Les valeurs les plus hautes – plus de 2300 heures – ont été atteintes dans le Tessin central et méridional et sur le versant sud des Alpes valaisannes, les plus basses dans le Sernftal glaronais (1280 heures).

Vents les plus violents sur le Gütsch

Les vents les plus violents – 200 km/h – ont soufflé sur le Gütsch, au-dessus d’Andermatt (UR). En plaine, ils ont atteint leur plus grande vitesse à Thoune avec 122 km/h.

Globalement, l’année 2020 a été presque aussi chaude que 2018, année record, avait déjà indiqué MeteoSuise le 21 décembre. Un hiver d’une douceur record a été suivi du troisième printemps le plus chaud et d’un été qui a connu deux vagues de canicule modérées. Le début de l’année a en outre été marqué par une sécheresse persistante.

Dix mois ont été plus chauds que la norme des années 1981 à 2010. Dans la plupart des régions, les températures ont été de 1,4 à 1,6 degré au-dessus de cette norme.

(ATS/NXP)

Votre opinion