Revue de presse: La pandémie creuse les inégalités en Suisse aussi
Publié

Revue de presseLa pandémie creuse les inégalités en Suisse aussi

A l’instar d’autres problèmes de santé, le risque de contracter le Covid-19 et d’en mourir est bien plus élevé pour les personnes à bas salaire.

par
ewe
Des bénévoles préparent les sacs de distribution alimentaire gratuite en décembre dernier aux Vernets, à Genève.

Des bénévoles préparent les sacs de distribution alimentaire gratuite en décembre dernier aux Vernets, à Genève.

AFP

La crise du Covid-19 est comme une loupe géante de la société : elle rend les problèmes préexistants plus visibles, s’alarme Thomas Abel, sociologue de la santé à l’Université de Berne, dans la SonntagsZeitung du jour. Cette pandémie est une occasion à saisir pour mettre en exergue, d’un point de vue scientifique et politique, l’effarante augmentation de l'inégalité des chances en matière de santé.

En effet, le chercheur constate que les personnes à bas salaires, comme les migrants, sont plus nombreuses dans des secteurs où le home office est impossible: la construction, le commerce de détail et les soins. Ces travailleurs prennent davantage les transports publics et vivent dans des logements exigus, où les mesures de précaution sont plus difficiles à respecter. Ils ont non seulement un risque accru de contamination par le Covid-19, mais tendent aussi à en souffrir plus sévèrement.

Or, ils sont à la base déjà en moins bonne santé que les plus aisés. A cet égard, il convient de garder à l’esprit que les personnes au niveau d’instruction le plus élevé vivent en moyenne 7 à 8 ans de plus que les plus démunis.

Des masques gratuits?

Thomas Abel déplore que la Suisse n’en fasse pas assez pour soutenir les personnes en marge de la société dans cette crise. Le sociologue préconise de commencer par des choses symboliques, comme de proposer des masques de protection gratuits pour tous. Car, estime-t-il, de nombreuses familles à faible revenu n'ont tout simplement pas de réserves financières pour les acheter.

Votre opinion