Coronavirus - La pandémie n’est toujours pas «sous contrôle» en Suisse
Publié

CoronavirusLa pandémie n’est toujours pas «sous contrôle» en Suisse

L’Office fédéral de la santé publique a tenu, mardi, sa traditionnelle conférence de presse. Il en ressort qu’à l’approche de l’automne, l’objectif reste de «contenir» le virus.

par
François Treuthardt
Histoire de sensibiliser davantage de personnes, la ville de Zurich a instauré un site de vaccination dans un tram.

Histoire de sensibiliser davantage de personnes, la ville de Zurich a instauré un site de vaccination dans un tram.

REUTERS

Des experts fédéraux ont fait le point sur la pandémie de coronavirus, ce mardi en début d’après-midi, au Palais fédéral, pour la conférence de presse de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). En voici les points les plus importants.

Tout d’abord, pour les autorités, il est évident que la pandémie nest «toujours pas sous contrôle». Bien que le nombre de cas se stabilise actuellement, il y a encore beaucoup de patients dans les unités de soins intensifs, dont au moins neuf sur dix ne sont pas vaccinés.

En outre, le virus est actuellement «très répandu», notamment «chez les jeunes». Et les autorités sont inquiètes à lapproche de lautomne. Lobjectif doit être de «contenir» le virus, comme lexplique le Zougois Rudolf Hauri, président de lAssociation des médecins cantonaux.

Vacciner les femmes enceintes

LOFSP a lancé, ce mardi, une nouvelle campagne recommandant la vaccination contre le Covid-19 aux adolescents et aux jeunes adultes. Parmi les personnes âgées de 10 à 19 ans, «40% ont été vaccinées au moins une fois», précise Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise à l’OFSP.

Loffice recommande désormais aussi la vaccination contre le Covid-19 aux femmes enceintes, à partir de la douzième semaine. À lavenir, elles nauront plus besoin du consentement écrit de leur médecin de famille ou de leur gynécologue. La raison invoquée par les responsables est que ce groupe de population est plus touché par les formes graves de la maladie. Diverses études ont également confirmé lefficacité et la sécurité de la vaccination.

Pas de recommandation pour le rappel

Concernant une éventuelle troisième dose, les autorités s’abstiennent toujours de faire une recommandation générale. Les personnes entièrement vaccinées sont encore bien protégées contre les formes graves de la maladie. Lobjectif premier doit rester de vacciner le plus grand nombre de personnes possible. Cependant, Swissmedic continue dexaminer la situation sur la base des chiffres dinfection actuels.

«La Suisse disposerait de suffisamment de doses de vaccin à ARNm pour permettre des vaccinations de rappel à grande échelle», poursuit Christoph Berger, président de la Commission fédérale pour limmunisation.

Johnson&Johnson pour les allergiques

Entre-temps, la campagne de vaccination a repris dans le pays: 27’000 vaccins sont actuellement administrés chaque jour. La Confédération est également en négociation avec Johnson&Johnson pour lachat de doses de vaccin supplémentaires. Elles seraient utilisées pour les personnes souffrant dallergies.

C’est que la proportion de la population non immunisée est «encore bien trop importante» pour empêcher la pandémie de se développer davantage. Il y a toujours un «grand risque» quune autre vague dinfections suive à lautomne.

Soins intensifs: personnel «épuisé»

Enfin, Rudolf Hauri ajoute quà l'«heure actuelle, ce sont surtout les unités de soins intensifs» qui inquiètent les autorités. Le personnel y est «épuisé». Et les conséquences du surmenage peuvent être «fatales».

Votre opinion

341 commentaires