Publié

FOOTBALLLa «Panthère noire» n'est plus

L'ancienne star du football portugais Eusébio, de son vrai nom Eusébio da Silva Ferreira, est mort à l'âge de 71 ans d'un arrêt cardio-respiratoire.

1 / 6
Le 4 novembre 2011, Eusébio posait en compagnie de Cristiano Ronaldo.

Le 4 novembre 2011, Eusébio posait en compagnie de Cristiano Ronaldo.

AFP
Le 25 janvier 2012, jour de ses 70 ans, Eusébio présentait sa biographie au stade de la Luz à Lisbonne.

Le 25 janvier 2012, jour de ses 70 ans, Eusébio présentait sa biographie au stade de la Luz à Lisbonne.

AFP
Le 10 septembre, 2013, le président de la Fédération brésilienne de football Jose Maria Marin (au centre) et Pelé (à g.) offraient à Eusébio (à dr.) un maillot signé des auriverde, à l'occasion du match amical Brésil - Portugal à Foxborough (Massachusetts).

Le 10 septembre, 2013, le président de la Fédération brésilienne de football Jose Maria Marin (au centre) et Pelé (à g.) offraient à Eusébio (à dr.) un maillot signé des auriverde, à l'occasion du match amical Brésil - Portugal à Foxborough (Massachusetts).

Reuters

La légende du football portugais Eusébio est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à Lisbonne, a annoncé l'agence de presse Lusa, citant son ancien club de Benfica. Eusébio da Silva Ferreira, âgé de 71 ans, est mort d'un arrêt cardio-respiratoire à 5h30 ce dimanche matin, a précisé le club.

Eusébio avait été déjà hospitalisé plusieurs fois en raison de divers problèmes de santé. Fin juin 2012, il avait été interné à l'Hôpital da Luz de Lisbonne à la suite d'un accident vasculaire cérébral (AVC), avant de quitter l'établissement une dizaine de jours plus tard.

733 buts dans sa carrière

Eusébio, surnommé la «panthère noire» et venu du Mozambique pour faire la gloire du Benfica des années soixante, était considéré comme le meilleur footballeur portugais de tous les temps. Né le 25 janvier 1942 à Maputo (capitale du Mozambique, à l'époque une colonie portugaise), il a été recruté à 19 ans par le Benfica pour ses exceptionnelles qualités techniques et physiques. Il remporte en 1962 la Coupe des champions d'Europe face au Real Madrid de Di Stefano.

Les 733 buts signés au cours de sa carrière en disent long sur ce redoutable attaquant, deux fois meilleur buteur européen (1967/68 et 1972/73). Empêché par le régime autoritaire d'Antonio Salazar de signer pour un club étranger, Eusébio accumule les titres avec Benfica (11 championnats nationaux, cinq Coupes du Portugal) et dispute trois autres finales en Coupe des champions.

Premier Ballon d'Or noir

Elu Ballon d'or 1965, il devient le premier joueur noir à obtenir cette distinction, attribuée à l'époque par le magazine France Football au meilleur joueur européen.

Sa puissance et son agilité écriront également une des pages d'histoire de l'équipe du Portugal, qui obtient la troisième place de la Coupe du monde de 1966. Meilleur buteur du tournoi avec neuf réalisations, Eusébio est également considéré comme le meilleur joueur de la compétition. Son record de 41 buts en 64 matches pour la Seleçao ne sera battu qu'en 2005, par Pedro Pauleta.

Eusébio quitte le Benfica en 1975 et prend sa retraite trois ans ans plus tard, après de brefs passages par des clubs américains et de modestes équipes portugaises. Il devient alors ambassadeur du Benfica et de la Fédération portugaise de football.

Plusieurs générations de joueurs ont pu côtoyer la légende, qui était toujours présente lors des grands rendez-vous.

La vidéo de ses plus beaux buts:

Trois jours de deuil national

Le gouvernement portugais a décrété trois jours de deuil national après la disparition dimanche à Lisbonne de la légende du football portugais Eusebio, à l’âge de 71 ans, a annoncé un porte-parole du gouvernement.

Le Portugal décrète trois jours de deuil national en hommage à Eusebio qui a «son nom gravé en lettres d’or dans le livre du football mondial», a déclaré Luis Marques Guedes, porte-parole du gouvernement aux médias.

Le corps de la «panthère noire», comme il était surnommé, sera exposé ce dimanche après-midi au stade de la Luz, à Lisbonne, où les premiers supporters ont commencé à affluer pour déposer des fleurs.

«Eusebio a contribué au rayonnement de son pays dans le monde. Le Portugal lui doit beaucoup en tant qu’ambassadeur du sport national», a souligné M. Marques Guedes à la radio TSF.

(AFP)

Votre opinion