Publié

VerdictLa peine infligée au meurtrier déçoit les parents de Lucie

Estimant que la loi sur l'internement à vie était difficilement applicable, le Tribunal de Baden a rendu un jugement plus clément que la peine requise par le Ministère public.

Assailli par la presse, Roland Trezzini, le papa de Lucie était partagé entre l'amertume et le soulagement suite à la condamnation de Daniel H.

Assailli par la presse, Roland Trezzini, le papa de Lucie était partagé entre l'amertume et le soulagement suite à la condamnation de Daniel H.

Reuters

Hormis le chant des oiseaux et l'écoulement de la Limmat, il n'y avait pas un bruit dans les rues d'Untersiggenthal (AG) hier après-midi. Derrière les haies de jardin taillées impeccablement, des retraités ont profité de la météo devenue soudainement printanière. En silence. A quelques mètres de là, dans la petite salle communale, un homme était sur le point d'apprendre la peine qu'il encourait pour avoir assassiné Lucie Trezzini le 4 mars 2009.

«Vous êtes condamné à une peine privative de liberté à vie ainsi qu'à un internement simple.» En entendant la sentence prononcée par le président du Tribunal de district de Baden (AG), Daniel H. a éprouvé des sueurs froides perceptibles. L'Argovien de 28?ans s'est mis à déglutir lentement sa salive, avant de se mordiller les lèvres.

«Un danger pour la société»

«Le prévenu a ôté la vie d'une jeune fille qui avait toute la vie devant elle, a repris l'homme de loi. La perte d'un enfant est le pire qui puisse arriver à un parent. D'autant plus dans des circonstances aussi terrifiantes.» A la lecture du jugement, tout portait à croire que la Cour suivrait le réquisitoire du procureur, en ordonnant l'internement à vie. Le président du tribunal a ainsi rappelé que Daniel H. avait agi «sans scrupule» et «de manière vicieuse», que son crime – qualifié d'«extrêmement brutal» et d'«incompréhensible pour la société» – avait été commis «avec un égoïsme primitif.» «Vous êtes un danger pour la société», a-t-il lancé à l'Argovien, avant de proclamer que l'homme était «pleinement responsable», qu'il n'avait «aucune circonstance atténuante». Le président du Tribunal a cependant relevé le jeune âge de Daniel H., ainsi que son enfance douloureuse (séparation de ses parents lorsqu'il avait 5?ans, le viol dont il a été l'objet à 10?ans) qui a «porté préjudice» à l'homme qu'il est devenu.

Mais surtout, la Cour est ressortie convaincue que Daniel H. n'est pas complètement irrécupérable. Qu'il subsiste une «lueur d'espoir» quant à d'éventuels progrès thérapeutiques. Et ce malgré le pronostic plutôt négatif émis lors du procès par les deux experts psychiatres.

«Il y a des contradictions dans ce que nous avons entendu tout au long de ces deux jours», a réagi Nicole Trezzini, la mère de Lucie, à la sortie du tribunal. Les deux parents se disent à la fois soulagés que le procès soit derrière eux, mais surtout très déçus que l'internement à vie de l'assassin de leur fille n'ait pas été retenu. «Quand va-t-on donner cette peine? Combien de jeunes filles devront mourir avant?» s'interroge la maman. «Je trouve que c'est un manque de courage.»

«Je trouve paradoxalement plus courageux de ne pas avoir donné l'internement à vie parce qu'il faudra quand même qu'ils donnent des explications à la population», a estimé le papa, amer. «J'ai surtout cru comprendre que pour la Cour, l'article de loi sur l'internement à vie n'était pas applicable.» Le président du Tribunal a en tout cas déclaré qu'il était «difficile d'imaginer une culpabilité plus lourde». Dans les faits, Daniel H. passera au moins 15?ans derrière les barreaux. Son cas sera ensuite réévalué par des experts psychiatres tous les deux ans. Les parents de Lucie espèrent quant à eux un recours du ministère public.

Ce monstre ne doit jamais sortir

Ton opinion