Football: La pelouse de la Praille tient... pour l'instant

Publié

FootballLa pelouse de la Praille tient... pour l'instant

La pelouse du Stade de Genève tiendra une mi-temps lors du match Suisse - Irlande. Après ce sera plus compliqué.

par
Sport-Center
Les Suisses à l'entraînement lundi sur la pelouse endommagée de la Praille.

Les Suisses à l'entraînement lundi sur la pelouse endommagée de la Praille.

Keystone

Avec une pluie qui tombe sans discontinuer depuis ce mardi matin, le Suisse-Irlande de ce soir s'annonce chaud et humide. Cela pose la question des conditions de jeu sur la pelouse du Stade de Genève. Explications avec Pierre-Yves Bovigny, le responsable de la qualité des terrains auprès de l'ASF.

«Le gazon va souffrir»

D'abord, un retour dans le temps, pour rappeler que la pelouse de la Praille, hybride (mi-artificielle mi-naturelle), a subi une violente attaque d'un champignon tueur de gazon à la fin du mois d'août. Une attaque d'autant plus sérieuse que le substrat est du sable et qu'aucune matière organique ou presque ne peut enrayer l'assaut.

Les responsables du Stade de Genève ont vite réagi pour juguler le désastre: il n'y a eu que deux matches disputés sur ce gazon depuis plusieurs semaines (Servette-Lugano et Servette-Zurich) et plus personne n'avait foulé l'herbe genevoise jusqu'à hier depuis le 29 septembre.

«Toutes les mesures prises ont permis au semis de pousser, explique Pierre-Yves Bovigny. Mais ce gazon reste jeune et donc fragile. Avec toute la pluie qui tombe depuis ce mardi matin, cela risque bien d'accélérer la dégradation du terrain. Il n'y aura pas de mottes entières qui seront arrachées, c'est l'avantage des pelouses hybrides, mais le gazon va souffrir malgré tout.»

«Il y a un point positif»

À quel point? «A la mi-temps, les conditions de jeu deviendront sans doute plus compliquées, estime l'expert. Cela dit, il y a un point positif: la pelouse du Stade de Genève est celle qui a le meilleur taux de perméabilité de toute la Suisse.» C'est donc le terrain qui «pompe» le mieux l'eau et avec les circonstances météorologiques du jour, c'est effectivement précieux.

L'équipe de Suisse est donc avertie. Elle a une mi-temps pour pratiquer son football dans les meilleures conditions. Après, il faudra peut-être composer avec un terrain en moins bon état. Qui restera le même pour tous les joueurs, mais ressemblera davantage à ce que les Irlandais apprécient. Les Suisses n'ont plus qu'à faire la différence en première période. Simple!

Daniel Visentini, Genève

Ton opinion