La peur de l’algue bleue se répand
Publié

ProliférationLa peur de l’algue bleue se répand

Après la mort d’un chien empoisonné dans le lac de Neuchâtel, l’appel à la prudence s’étend aux autres lacs.

par
Vincent Donzé
Une brochure dont est extraite cette image a été éditée par les autorités sanitaires bernoises.

Une brochure dont est extraite cette image a été éditée par les autorités sanitaires bernoises.

Canton de Berne

Rapportée par «Arcinfo», la mort d’un chien samedi dernier aux Jeunes-Rives de Neuchâtel fait craindre un retour en force des algues bleues. Face aux cyanobactéries présentes dans le lac, le vétérinaire cantonal a appelé les propriétaires de chiens à la plus grande prudence ces prochains jours: il recommande de ne pas laisser leurs animaux se baigner dans les lacs ou les rivières.

Une nouvelle invasion de bactéries est une quasi-certitude. Elle est confirmée ce lundi matin par les autorités sanitaires bernoises. «Avec la hausse des températures, le risque d’une dangereuse efflorescence d’algues bleues dans les eaux stagnantes augmente», précisent les autorités bernoises.

Efflorescence algale

Les algues bleues sont présentes en faibles concentrations dans de nombreux lacs bernois et elles sont inoffensives la plupart du temps. Lorsqu’elles prolifèrent massivement, un phénomène appelé «efflorescence algale», elles peuvent représenter un risque pour les êtres humains et les animaux, sachant que certaines d’entre elles produisent des toxines.

«Ces proliférations peuvent devenir dangereuses quand elles sont visibles à l’œil nu», indiquent les autorités bernoises. selon qui «il est important de les reconnaître et de savoir quoi faire en pareils cas». L’Office des eaux et des déchets a élaboré du matériel d’information (Rubrique «Relevés de mesures») qu’il met à la disposition des communes. Il se compose d’une affiche, d’un dépliant et d’informations détaillées.

Pas vraiment bleues

Selon le dépliant, il existe plus de 2000 types d’algues bleues dans les écosystèmes terrestres et aquatiques. Elles assument d’importantes fonctions comme la production d’oxygène ou la nutrition d’autres organismes. Dans l’eau, elles flottent ou colonisent des surfaces telles que des pierres. En réalité, il ne s’agit pas d’algues et elles ne sont pas vraiment bleues: ce sont des bactéries et leur couleur est généralement vert-bleu ou même rouge.

Ces proliférations peuvent devenir dangereuses quand elles sont visibles à l’œil nu. D’où l’importance d’identifier une couleur inhabituelle de l’eau: teinte intense, bleue, bleu-vert ou rouge. Des traînées ou des tapis d’algues peuvent flotter à la surface. Dans l’eau trouble, les pieds ne sont pas visibles, mais un feutrage d’algues peut aussi s’accumuler sur le sable et ou le gravier.

Votre opinion

1 commentaire