Actualisé 31.10.2019 à 08:06

La planète Mars refuse de se faire sonder

Espace

Alors que l'instrument de mesure thermique du robot Insight s'enfonçait dans le sol extraterrestre, il en a été éjecté.

par
lematin.ch
La sonde thermique, à gauche, est ressortie du sol martien. Les scientifiques tentent de comprendre pourquoi.

La sonde thermique, à gauche, est ressortie du sol martien. Les scientifiques tentent de comprendre pourquoi.

NASA

La planète Mars fait de la résistance et ne semble pas prête à livrer ses secrets trop facilement. C'est ce qu'ont constaté une fois encore les scientifiques de la NASA dimanche dernier. Ils connaissent en effet quelques soucis avec l'une de leurs expériences menées par l'atterrisseur «Insight».

Celui-ci s'est posé sur la planète rouge en novembre dernier avec deux missions principales: déployer un sismographe à la surface et enfoncer une sonde thermique à 3 ou 4 mètres sous terre (ou sous Mars, si vous préférez). Si la première tâche n'a pas posé de problème, creuser le sol martien s'est révélé plus ardu que prévu. Après avoir trouvé, peu après son arrivée, un endroit sableux dépourvu de rochers, «Insight» a commencé à utiliser son marteau automatique pour y enfoncer la sonde. Celle-ci est descendue jusqu'à 45 cm durant les premiers jours avant de rencontrer une surface dure qui a stoppé sa progression.

Phénomène de rejet

Les scientifiques se sont alors, eux, creusé les méninges pour trouver un moyen de s'enfoncer dans cette couche plus résistante. Ils ont imaginé un dispositif qui plaque la sonde contre les parois du trou, créant ainsi un effet de friction qui lui permet de creuser plus efficacement. Et cela a fonctionné: la sonde a recommencé à s'enfoncer dans le sol martien. Jusqu'à ce week-end. La NASA a, écrit Gizmodo, soudain vu avec surprise que Mars rejetait sa sonde, l'éjectant à moitié de l'orifice creusé, comme on peut le constater dans la succession d'images ci-dessous.

Y aurait-il donc des taupes sur Mars? La NASA ne semble pas privilégier cette hypothèse. Selon elle, ce rejet de sa sonde pourrait plutôt s'expliquer par le fait que le frottement détache du sable des parois, qui tombe au fond du trou lorsque la sonde, dans son mouvement de marteau piqueur, se relève, bouchant l'orifice plus vite qu'il ne se creuse. «Ce genre de difficultés sont frustrantes et retardent les recherches que nous avions prévues, mais ils ouvrent souvent d'autres voies d'exploration et nous apprennent toujours quelque chose de nouveau sur la surface de Mars», a déclaré une professeure de géologie martienne à Gizmodo. Les autres expériences menées par «Insight», elles, fonctionnent très bien et la NASA n'a pas encore renoncé à trouver un moyen d'enfoncer coûte que coûte sa sonde thermique dans le sol de Mars.

Michel Pralong

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!