Motocyclisme: Oliveira s’impose, Quartararo se noie dans la tempête en Thaïlande 

Actualisé

MotocyclismeOliveira s’impose, Quartararo se noie dans la tempête en Thaïlande 

Sous la pluie de Buriram, Miguel Oliveira (KTM) a précédé les deux Ducati officielles de Miller et Bagnaia. Fabio Quartararo, 17e, ne compte plus que deux points d’avance sur «Pecco».

Miguel Oliveira a remporté le GP de Thaïlande disputé sous la pluie. 

Miguel Oliveira a remporté le GP de Thaïlande disputé sous la pluie. 

AFP


Les formidables supporters thaïs ont attendu trois ans. Ils ont dû patienter 55 minutes de plus pour vivre une course qui relance totalement le championnat du monde MotoGP. Comment allait se comporter «Pecco» Bagnaia sous la pluie? De quelle manière allaient rouler les autres pilotes Ducati? Les questions étaient nombreuses et les réponses tombèrent malheureusement rapidement pour Quartararo, perdu dans le premier tour, 17e au premier passage sur la ligne.

Alors que Bezzecchi, lui, menait et qu’il allait devoir «rendre» une place pour avoir fait tout le premier virage loin à l’extérieur du circuit. Le vainqueur du GP du Japon une semaine plus tôt, Jack Miller, se retrouvait donc en tête et, du même coup, se relançait au championnat.

Mais Bagnaia, qu’on croyait perfectible sous la pluie, n’était pas loin. Et Oliveira (KTM), qui s’était déjà imposé dans ces conditions en Indonésie, allait revenir à grande vitesse, pour prendre la tête à la mi-course et ne plus la lâcher. Le championnat, même si Fabio Quartararo reste en tête (pour deux points) venait de prendre une toute nouvelle tournure, à trois courses de la fin – la prochaine dans deux semaines, en Australie. «Chez moi!, rigolait l’Australien Jack Miller. Mais avant cela, j’ai quelque chose de très important à mon agenda: mon mariage.»

Des «demi-points» en moto 2

Cette fameuse pluie, attendue depuis le début du week-end, est arrivée à quatre minutes de l’heure de départ prévue pour la course Moto2. Une course dont la distance allait dans un premier temps être ramenée de 24 à 16 tours. En tête dès le départ, le héros local Somkiat Chantra tombait dès le deuxième tour, précédé par l’Américain Cameron Beaubier. A la huitième ronde, alors que l’Italien Tony Arbolino venait de profiter d’une erreur du Tchèque Filip Salac, la course était arrêtée au drapeau rouge. Les deux tiers de la distance n’ayant pas été couverts, un nouveau départ devait être donné pour une course sprint de 5 tours.

Mais ce départ était finalement annulé, une nouvelle tempête s’abattant sur le Chang Circuit, à Buriram. Résultat: on allait prendre en compte le classement au moment de l’interruption, mais comme la distance minimale n’avait pas été couverte, on n’a attribué que la moitié des points. Ce qui veut dire que le Japonais Ai Ogura (sixième) a repris… un demi-point à Augusto Fernández, revenant ainsi à 1,5 point de l’Espagnol en tête du championnat.


En étant bousculé par son compatriote Adrian Fernández dans le dernier virage du premier tour de la course Moto3 – qui s’est, elle, déroulée encore sur une piste sèche -, Sergio García (GasGas), qui avait déjà connu des qualifications difficiles (20e), a perdu toutes ses chances d’inquiéter son équipier Izán Guevara pour le titre mondial.

Vainqueur de cette course après avoir signé le meilleur temps des essais, l’Italien Dennis Foggia (Honda) est désormais le premier dauphin de Guevara (finalement cinquième de la course), à 49 longueurs de l’Espagnol. C’est dire que si le pilote GasGas marque deux points de plus que Foggia en Australie, dans deux semaines, il sera couronné champion du monde alors que deux courses resteront au programme après Phillip Island.

(AFP)

Ton opinion