Archéologie - La plus vieille attaque de requin remonte à plus de 3000 ans
Publié

ArchéologieLa plus vieille attaque de requin remonte à plus de 3000 ans

Des chercheurs ont découvert ce qui serait la plus ancienne preuve directe d'une attaque de requin sur un humain. Ils ont recensé près de 790 blessures sur les restes d’un homme ayant vécu il y a 3000 ans au Japon.

Les archives archéologiques ne recensent que très peu de cas connus d’attaque de requin.  (Image d’illustration)

Les archives archéologiques ne recensent que très peu de cas connus d’attaque de requin. (Image d’illustration)

AFP

Des experts de l'université d'Oxford ont fait une surprenante découverte en étudiant les restes d'un homme adulte exhumés du site de Tsukumo près de la mer intérieure de Seto au Japon. Ils ont pu repérer des blessures traumatiques aux bras, aux jambes, à l'avant de la poitrine et à l'abdomen, toutes dues à des morsures de requin, rapporte un article de CNN.

« Nous avons d'abord été déconcertés par ce qui a pu causer au moins 790 blessures profondes et dentelées à cet homme », ont déclaré les chercheurs J. Alyssa White et Rick Schulting dans un communiqué commun. « Il y avait tant de blessures et pourtant il a été enterré dans le cimetière communautaire, le site de Tsukumo Shell-mound ».

Processus d’élimination

Certaines des lésions étaient très pointues, profondes et en forme de V. Elles ressemblaient à des blessures causées par des outils métalliques qui n'étaient pas utilisés par les chasseurs-cueilleurs de la culture Jōmon de cette période. Les marques de dents de carnivores terrestres et de charognards ne correspondaient pas non plus aux blessures. Les chercheurs ont donc procédé par élimination. « Grâce à un processus d'élimination, nous avons écarté les conflits avec l'homme et les prédateurs ou charognards plus communément signalés», ont-ils ajouté.

Il s’agirait très probablement soit d’un requin tigre, soit d’un requin blanc, ont indiqué les experts. Leurs conclusions ont été publiées mercredi passé dans le Journal of Archaeological Science: Reports.

(lematin.ch)

Votre opinion