Affaire Petito – La police admet avoir mal surveillé Brian Laundrie
Publié

Affaire PetitoLa police admet avoir mal surveillé Brian Laundrie

Alors que Gabby Petito venait d’être annoncée disparue, la police a confondu son fiancé avec sa mère et a donc cru qu’il était chez lui alors qu’il s’était déjà enfui.

par
Michel Pralong
Brian Laundrie et sa fiancée Gabby Petito, au temps de leur voyage, avant que celui-ci ne tourne au drame.

Brian Laundrie et sa fiancée Gabby Petito, au temps de leur voyage, avant que celui-ci ne tourne au drame.

imago images/ZUMA Wire

Cela aurait-il changé quelque chose? Brian Laundrie serait-il toujours vivant si la police de North Pole n’avait pas commis une erreur? Sans doute pas, car visiblement la surveillance du jeune homme n’était pas suffisante à l’époque pour l’avoir empêché de fuir, notamment parce qu’on ne savait pas encore que la fiancée de Brian, Gabby Petito, avait été assassinée.

Mais lundi 25 octobre, un porte-parole de la police de North Pole, en Floride, a reconnu sur la chaîne Winknews que des erreurs avaient été commises. Pour mieux comprendre ce qui s’est produit, il faut remettre les choses dans leur contexte. Le 11 septembre, la famille de Gabby Petito, à New York, signale sa disparition à la police. Elle n’a plus de nouvelles d’elle depuis fin août, alors qu’elle était partie dans un road trip avec son fiancé Brian Laundrie. Or ce dernier est rentré seul chez ses parents, en Floride, le 1er septembre déjà.

La police le voit partir

La police de North Pole s’est rendue chez les Laundrie le 11 et a découvert que Brian était là. La famille a refusé de donner la moindre information sur Gabby Petito. La police a donc commencé à surveiller Brian. Elle dit avoir installé des caméras autour de la maison. «mais cette stratégie n’a pas réussi». Reste que la police voit bien partir Brian au volant de sa Mustang le 13 septembre, soit deux jours après le début de la surveillance. Mais visiblement, elle ne le suit pas. Or c’est bien à ce moment-là que le jeune homme s’est rendu dans la réserve de Carlton où ses restes ont été découverts le 20 octobre dernier.

Une autre unité de police découvre le 14 septembre la voiture de Brian abandonnée sur un parking de la réserve et met un avis sur le parebrise. Les parents de Brian ont dit ensuite que, inquiets de ne pas voir revenir leur fils, ils se sont rendus à la réserve et ont découvert la voiture avec le billet de la police. Et le 15 septembre, ils sont retournés là-bas pour la ramener. Et c’est là que la police de North Pole commet sa plus grosse erreur. Les agents en surveillance devant la maison voient la Mustang revenir, le conducteur portant une casquette. Et ils croient que c’est Brian qui est de retour.

Mère et fils «bâtis de la même manière»

«Je crois en fait qu’il s’agissait de sa mère avec une casquette», a reconnu lundi Josh Taylor, porte-parole de la police de Norh Pole. «Mais ils sont en quelque sorte bâtis de la même manière», s’est-il justifié. C’est pour cela que le 16 septembre le chef de la police avait déclaré, quand la presse l’interrogeait sur la disparition de Petito: «Tout ce que je peux dire, c’est que nous savons où se trouve Brian Laundrie», puisque les agents pensaient qu’il était revenu chez lui. Sauf que le lendemain, le 17 septembre, c’était au tour des Laundrie de signaler la disparition de leur fils. Ils ont d’abord déclaré qu’ils ne l’avaient plus vu depuis le 14, puis quelque temps plus tard ont dit s’être trompés, il était parti le 13.

«Quand la famille a annoncé sa disparition, c’était inattendu pour nous», a déclaré Josh Taylor. «Nous pensions avoir vu Brian revenir dans cette maison ce mercredi-là. Nous savons maintenant que ce n’était pas vrai». Mais il explique également qu’il y avait de quoi s’interroger sur le comportement des parents: «Ils étaient revenus de la réserve avec cette Mustang. Qui fait ça? Si vous pensez que votre fils a disparu depuis mardi, vous allez ramener sa voiture à la maison? Cela n’avait aucun sens que quelqu’un fasse ça s’il n’était pas là. Nous n’avions aucune raison d’imaginer cela, donc pour nous, la personne qui est sortie de la voiture avec une casquette de baseball, nous pensions que c’était Brian. Aucune enquête n’est parfaite», a-t-il conclu.

C’est bien les restes de Brian

Le 19 septembre, le corps de Gabby Petito était retrouvé dans un parc du Wyoming. La jeune femme y avait été étranglée trois semaines avant. La traque de Brian Laundrie avait alors commencé, pour s’achever le 20 octobre avec la découverte de ses restes. La police de North Pole a d’ailleurs dû démentir ce 26 octobre des rumeurs selon lesquelles une analyse ADN aurait montré que les os retrouvés dans la réserve n’étaient pas ceux du jeune homme. «Un médecin légiste a confirmé que les restes étaient ceux de M. Laundrie, et aucune analyse ADN n’a encore été effectuée», écrit-elle sur Twitter. L’identité a été établie grâce aux empreintes dentaires.

Vu l’état des restes, il sera sans doute difficile d’établir la cause de la mort du jeune homme, qui remonte probablement à une date proche de son arrivée dans la réserve. Mais un sac à dos et un cahier ont été retrouvés près de sa dépouille. Ils sont considérés comme récupérables et pourraient fournir des indices sur les derniers moments de Brian Laundrie.

Votre opinion