Publié

RestaurationLa police chinoise enquête sur un scandale de viande avariée

Une usine de viande fournissant McDonald's et KFC a été fermée par les autorités de Shanghai après avoir vendu de la viande périmée.

Une usine fournissant McDonald's et KFC à Shanghai a fermé après avoir vendu de la viande avariée.

Une usine fournissant McDonald's et KFC à Shanghai a fermé après avoir vendu de la viande avariée.

Keystone

Les policiers chinois ont interrogé mardi à Shanghai le personnel d'une unité du fournisseur alimentaire OSI Group qui aurait vendu de la viande avariée dans des McDonald's et des KFC. Un quotidien officiel a lui accusé les «marques étrangères» de n'avoir pas détecté le problème plus tôt.

Les autorités de Shanghai ont fermé dimanche une usine du groupe OSI - un fournisseur de McDonald's et KFC en Chine - qui aurait notamment mélangé de la viande avariée avec de la viande fraîche et ré-étiqueté des produits périmés, selon l'enquête d'une chaîne de télévision locale.

Le groupe Yum accusé

La police interrogeait «plusieurs» employés de la filiale d'OSI Shanghai Husi Food Co., a rapporté le Shanghai Daily. La télévision locale a indiqué que ces responsables avaient été placés «sous contrôle». Le journal Global Timesa accusé McDonald's et le groupe de restauration Yum, qui possède notamment KFC et Pizza Hut, d'avoir failli dans la surveillance de leurs fournisseurs.

«Les marques internationales connues n'ont pas eu une attitude loyale envers les consommateurs chinois. Peut-être pensaient-elles que le marché chinois était grossier, et que des services 'juste suffisants' conviendraient en Chine», écrit le journal dans son éditorial.

Consternation et enquête

McDonald's a déclaré dans un communiqué avoir «immédiatement» arrêté d'utiliser la production de cette usine. Le groupe de restauration Yum a indiqué que ses restaurants KFC et Pizza Hut avaient également cessé de servir de cette viande.

L'agence de presse officielle Chine nouvelle a accusé OSI et les chaînes de restauration rapide internationales de faire deux poids deux mesures en termes de sécurité alimentaire.

«La viande avariée était vendue en priorité sur le marché chinois, faisant craindre qu'un système de contrôle de qualité injuste soit utilisé par les fournisseurs, voire par les géants de la restauration rapide», a-t-elle indiqué. OSI s'est déclaré «consterné» par ces allégations et a annoncé la formation d'une équipe chargée d'enquêter sur ce dossier.

(ats)

Votre opinion