France: La police interpelle un «Robin des Bois»
Publié

FranceLa police interpelle un «Robin des Bois»

Un ex-militaire britannique devenu cambrioleur se cachait dans une forêt. Recherché depuis cinq mois, il a été pincé mardi.

L'homme se cachait dans une tente couverte de bâches.

L'homme se cachait dans une tente couverte de bâches.

Gendarmerie nationale

Un Britannique de 51 ans, ancien militaire reconverti dans les cambriolages, a échappé durant cinq mois à la justice en se cachant dans un bois dans l'ouest de la France, où il vivait dans une tente soigneusement camouflée, a-t-on appris mercredi auprès des gendarmes français.

L'homme, qui se déplaçait à vélo, sévissait dans un rayon de quelques kilomètres autour du petit village de Surin (ouest), multipliant les vols jusqu'à une première arrestation en avril 2017. Les gendarmes lui imputaient une quarantaine de cambriolages pour lesquels il devait être jugé le 4 janvier. Mais il ne s'est jamais présenté devant le tribunal.

Une «battue»

Condamné en son absence à quinze mois de prison ferme, avec mandat d'arrêt européen, il a alors «littéralement disparu dans la nature», s'amuse le journal «La Nouvelle République» qui a révélé l'information. «Nous étions à sa recherche, mais il était introuvable», a résumé le capitaine de gendarmerie Benjamin Duval.

Les vols ayant repris de plus belle, les habitants du village ne doutaient pas que le voleur soit toujours proche. Avec un élu du village, un officier de gendarmerie a donc pris l'initiative d'une «battue» mardi pour passer au peigne fin des zones densément boisées.

Au bout d'une heure de recherches, l'adjoint au maire de ce village a repéré des branches cassées semblant former un sentier non loin du dernier domicile connu du fugitif, un mobil-home. En remontant la piste, les gendarmes ont trouvé une tente couverte de bâches et le cambrioleur en fuite, qui s'est laissé interpeller sans broncher.

Cambriolé huit fois

«Cet homme avait été dans l'armée britannique, on pense qu'il a mis son passé militaire à profit pour aménager ce campement et se cacher», a expliqué le capitaine Duval. Un campement certes spartiate mais équipé d'une télévision sur batterie, «toutes deux volées», comme le bric-à-brac recensé par les gendarmes: bouteilles de gaz, appareils de cuisson, ordinateurs portables neufs, bijoux, argenterie, soit quelque 200 objets au total.

La maire de Surin, Claudie Memin, a exprimé le soulagement de ses concitoyens. Même si l'homme n'était manifestement pas violent, «les enfants et les personnes âgées avaient peur».

«Un couple a été cambriolé huit fois, ils ont dû installer une grille dans leur cuisine: chaque fois, il venait lorsqu'ils avaient rempli leur frigo. Il devait épier», raconte-t-elle. Le voleur a été incarcéré mardi soir dans une prison de la région pour y purger sa peine, en attendant un nouveau procès pour les autres cambriolages.

(AFP)

Votre opinion