Turquie: La police recherche trois kamikazes potentiels
Publié

TurquieLa police recherche trois kamikazes potentiels

Trois citoyens turcs auraient reçu l'ordre de l'EI de commettre des attaques dans des endroits publics très fréquentés à Istanbul.

1 / 5
Selon un bilan provisoire publié par le gouverneur d'Istanbul, Vasip Sahin, l'attentat a été commis par un «kamikaze» et a fait au moins quatre morts et 20 blessés, dont trois grièvement atteints (Samedi 19 mars 2016).

Selon un bilan provisoire publié par le gouverneur d'Istanbul, Vasip Sahin, l'attentat a été commis par un «kamikaze» et a fait au moins quatre morts et 20 blessés, dont trois grièvement atteints (Samedi 19 mars 2016).

Keystone
Selon un bilan provisoire publié par le gouverneur d'Istanbul, Vasip Sahin, l'attentat a été commis par un «kamikaze» et a fait au moins quatre morts et 20 blessés, dont trois grièvement atteints (Samedi 19 mars 2016).

Selon un bilan provisoire publié par le gouverneur d'Istanbul, Vasip Sahin, l'attentat a été commis par un «kamikaze» et a fait au moins quatre morts et 20 blessés, dont trois grièvement atteints (Samedi 19 mars 2016).

Keystone
Selon un bilan provisoire publié par le gouverneur d'Istanbul, Vasip Sahin, l'attentat a été commis par un «kamikaze» et a fait au moins quatre morts et 20 blessés, dont trois grièvement atteints (Samedi 19 mars 2016).

Selon un bilan provisoire publié par le gouverneur d'Istanbul, Vasip Sahin, l'attentat a été commis par un «kamikaze» et a fait au moins quatre morts et 20 blessés, dont trois grièvement atteints (Samedi 19 mars 2016).

Keystone

La police turque traque trois personnes susceptibles de commettre des attentats suicide dans la foulée de celui qui a tué quatre touristes étrangers samedi à Istanbul, a rapporté l'agence de presse Dogan. Elles sont présentées comme membres du groupe Etat islamique (EI).

Selon des sources policières citées par Dogan, les autorités ont obtenu un renseignement selon lequel ces trois citoyens turcs ont reçu pour ordre de commettre des attaques dans des endroits publics très fréquentés, notamment à Istanbul. Les médias turcs ont diffusé leurs photos ainsi que leur noms d'emprunt.

L'un d'entre eux a un temps été soupçonné d'être le «kamikaze» qui s'est fait exploser samedi matin dans la célèbre piétonne et commerçante Istiklal, au coeur de la plus grande ville de Turquie. Cet attentat a tué quatre étrangers, trois Israéliens et un Iranien, et blessant au total 39 autres personnes, dont 24 touristes.

Le ministre turc de l'Intérieur Efkan Ala a annoncé dimanche que l'auteur de l'attentat avait été formellement identifié comme Mehmet Öztürk et qu'il était lié à l'EI.

L'attentat de l'avenue Istiklal est intervenu six jours seulement après un attentat à la voiture piégée dans le centre d'Ankara qui a tué 35 personnes et a été revendiqué par un groupe radical kurde proche des rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Vague terroriste

La Turquie est confrontée à «l'une des plus grandes vagues de terrorisme de son histoire», a pour sa part affirmé lundi le président turc Recep Tayyip Erdogan. Il a promis de sévir contre les rebelles kurdes et le groupe de l'Etat islamique (EI) après les dernières attaques.

«Nous allons frapper ces organisations terroristes de la manière la plus forte», a lancé M. Erdogan lors d'un discours public à Istanbul, appelant les Turcs à se «mobiliser» contre cette menace.

Les autorités turques ont annulé dimanche soir, deux heures seulement avant son coup d'envoi, la rencontre qui devait opposer les deux fameux clubs de football stambouliotes de Galatasaray et Fenerbahçe en raison d'une menace «sérieuse» d'attentat.

(ats)

Votre opinion