13.04.2016 à 12:25

MacédoineLa police tire des gaz lacrymogènes à Idomeni

Des migrants manifestaient mercredi à la frontière macédonienne. La police a réagi.

1 / 150
Un tribunal italien doit rendre son verdict sur un bénévole français contre lequel le parquet a requis 3 ans et 4 mois de prison pour avoir tenté de conduire une famille soudanaise en France. (Jeudi 27 avril 2017)

Un tribunal italien doit rendre son verdict sur un bénévole français contre lequel le parquet a requis 3 ans et 4 mois de prison pour avoir tenté de conduire une famille soudanaise en France. (Jeudi 27 avril 2017)

AFP
Le pacte UE-Turquie a transformé ce pays en «un terrain d'essai des politiques européennes qui bafouent les droits» des réfugiés, ont dénoncé plusieurs ONG. (Jeudi 16 mars 2017)

Le pacte UE-Turquie a transformé ce pays en «un terrain d'essai des politiques européennes qui bafouent les droits» des réfugiés, ont dénoncé plusieurs ONG. (Jeudi 16 mars 2017)

Keystone
Nouveau drame sur une plage en Libye. Une vingtaine de clandestins ont été tués par des passeurs sur une plage en Libye après avoir refusé d'embarquer à bord d'un bateau pour rejoindre l'Europe. (8 mars 2017)

Nouveau drame sur une plage en Libye. Une vingtaine de clandestins ont été tués par des passeurs sur une plage en Libye après avoir refusé d'embarquer à bord d'un bateau pour rejoindre l'Europe. (8 mars 2017)

archive/photo d'illustration, AFP

La police macédonienne a tiré des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes mercredi contre des migrants qui manifestaient le long de la barrière de la frontière macédonienne à Idomeni. Des incidents violents étaient déjà survenus dimanche au même endroit.

L'usage des gaz lacrymogènes a eu lieu après qu'une centaine de migrants, qui manifestaient «pour l'ouverture des frontières», eurent secoué le grillage frontalier, ont rapporté des journalistes sur place.

A quelques centaines de mètres se déroulait une visite officielle au centre de réception pour migrants de Gevgelija, côté macédonien, du président macédonien Gjorge Ivanov et de ses homologues croate et slovène, Kolinda Grabar Kitarovic et Borut Pahor.

Un précédent

Dimanche, plusieurs centaines de migrants ont été blessés dans des circonstances similaires dans le même secteur. Les policiers avaient alors recouru aussi à des balles de caoutchouc, suscitant la colère des autorités grecques et la condamnation d'agences et d'organisations humanitaires.

Athènes avait néanmoins fortement condamné l'usage de la force contre les migrants mais Skopje a renvoyé la responsabilité aux autorités grecques, les accusant de passivité.

Près de 11'000 migrants sont bloqués depuis février dans le secteur du poste-frontière d'Idomeni, dans le nord de la Grèce, limitrophe de la Macédoine, depuis la fermeture de la «route des Balkans» par laquelle d'autres ont pu gagner l'Europe du Nord et de l'Ouest durant les mois précédents.

Aide doublée

L'aide consacrée à l'accueil des réfugiés a doublé dans les pays industrialisés en 2015. Elle est passée de 6,6 à 12 milliards de dollars en un an, sans empiéter sur les autres programmes d'aide au développement, selon des données publiées mercredi par l'OCDE.

En 2015, les sommes allouées à l'aide au développement ont augmenté de 6,9% pour atteindre un total de 131,6 milliards de dollars, précise l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) dans un communiqué.

Cette hausse s'explique en grande partie par l'augmentation des budgets dédiés à l'accueil des réfugiés. Environ 1,5 million de demandes d'asile ont été enregistrées en 2015 dans les pays de l'OCDE, dont un million en Europe, rappelle l'OCDE.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!